PRU_1/PRU8
René-François Sully Prudhomme
Les Vaines Tendresses
1875
AUX TUILERIES
         Tu les feras pleurer, enfant belle et chérie, 12
         Tous ces bambins, hommes futurs, 8
         Qui plus tard suspendront leur jeune rêverie 12
         Aux cils câlins de tes yeux purs. 8
5 Ils aiment de ta voix la roulade sonore, 12
         Mais plus tard ils sentiront mieux 8
         Ce qu'ils peuvent à peine y discerner encore, 12
         Le timbre au charme impérieux ; 8
         Ils touchent, sans jamais en sentir de brûlure, 12
10 Tes boucles pleines de rayons, 8
         Dont l'or fait ressembler ta fauve chevelure 12
         À celle des petits lions. 8
         Ils ne devinent pas, aux jeux où tu te mêles, 12
         Qu'en leur jetant au cou tes bras, 8
15 Rieuse, indifférente, et douce, tu décèles 12
         Tout le mal que tu leur feras. 8
         Tu t'exerces déjà, quand tu crois que tu joues 12
         En leur abandonnant ton front ; 8
         Tes lèvres ont déjà, plus faites que tes joues, 12
20 La grâce dont ils souffriront. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie