REG_1/REG73
Henri de Regnier
La Cité des eaux
1902
INSCRIPTIONS LUES AU SOIR TOMBANT
L'OUBLI SUPRÊME
         Que m'importe le soir puisque mon âme est pleine 12
         De la vaste rumeur du jour où j'ai vécu ! 12
         Que d'autres en pleurant maudissent la fontaine 12
         D'avoir entre leurs doigts écoulé son eau vaine 12
5 Où brille au fond l'argent de quelque anneau perdu. 12
         Tous les bruits de ma vie emplissent mes oreilles 12
         De leur écho lointain déjà et proche encor ; 12
         Une rouge saveur aux grappes de ma treille 12
         Bourdonne sourdement son ivresse d'abeilles, 12
10 Et du pampre de pourpre éclate un raisin d'or 12
         Le souvenir unit en ma longue mémoire 12
         La volupté rieuse au souriant amour, 12
         Et le Passé debout me chante, blanche ou noire, 12
         Sur sa flûte d'ébène ou sa flûte d'ivoire, 12
15 Sa tristesse ou sa joie, au pas léger ou lourd. 12
         Toute ma vie en moi toujours chante ou bourdonne ; 12
         Ma grappe a son abeille et ma source a son eau ; 12
         Que m'importe le soir, que m'importe l'automne, 12
         Si l'été fut fécond et si l'aube fut bonne, 12
20 Si le désir fut fort et si l'amour fut beau. 12
         Ce ne sera pas trop du Temps sans jours ni nombre 12
         Et de tout le silence et de toute la nuit 12
         Qui sur l'homme à jamais pèse au sépulcre sombre, 12
         Ce ne sera pas trop, vois-tu, de toute l'ombre 12
25 Pour lui faire oublier ce qui vécut en lui. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie