REG_2/REG118
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
LES ROSEAUX DE LA FLÛTE
Le Vase
         Mon marteau lourd sonnait dans l’air léger,
         Je voyais la rivière et le verger,
         La prairie et jusques au bois
         Sous le ciel plus bleu d’heure en heure,
5 Puis rose et mauve au crépuscule ;
         Alors je me levais tout droit
         Et m’étirais heureux de la tâche des heures,
         Gourd de m’être accroupi de l’aube au crépuscule
         Devant le bloc de marbre où je taillais les pans
10 Du vase fruste encor que mon marteau pesant,
         Rythmant le matin clair et la bonne journée,
         Heurtait, joyeux d’être sonore en l’air léger !
         Le vase naissait dans la pierre façonnée,
         Svelte et pur il avait grandi
15 Informe encor en sa sveltesse,
         Et j’attendis,
         Les mains oisives et inquiètes,
         Pendant des jours, tournant la tête
         À gauche, à droite, au moindre bruit,
20 Sans plus polir la panse ou lever le marteau.
         L’eau
         Coulait de la fontaine comme haletante.
         Dans le silence
         J’entendais, un à un, aux arbres du verger,
25 Les fruits tomber de branche en branche ;
         Je respirais un parfum messager
         De fleurs lointaines sur le vent ;
         Souvent,
         Je croyais qu’on avait parlé bas.
30 Et, un jour que je rêvais — ne dormant pas —
         J’entendis par delà les prés et la rivière
         Chanter des flûtes…
         Un jour, encor,
         Entre les feuilles d’ocre et d’or
35 Du bois, je vis, avec ses jambes de poil jaune,
         Danser un faune ;
         Je l’aperçus aussi, une autre fois,
         Sortir du bois
         Le long de la route et s’asseoir sur une borne
40 Pour prendre un papillon à l’une de ses cornes.
         Une autre fois,
         Un centaure passa la rivière à la nage ;
         L’eau ruisselait sur sa peau d’homme et son pelage ;
         Il s’avança de quelques pas dans les roseaux,
45 Flaira le vent, hennit, repassa l’eau ;
         Le lendemain, j’ai vu l’ongle de ses sabots
         Marqué dans l’herbe…
         Des femmes nues
         Passèrent en portant des paniers et des gerbes,
50 Très loin, tout au bout de la plaine.
         Un malin, j’en trouvai trois à la fontaine
         Dont l’une me parla. Elle était nue.
         Elle me dit : Sculpte la pierre
         Selon la forme de mon corps en tes pensées,
55 Et fais sourire au bloc ma face claire ;
         Écoute autour de toi les heures dansées
         Par mes sœurs dont la ronde se renoue,
         Entrelacée,
         Et tourne et chante et se dénoue.
60 Et je sentis sa bouche tiède sur ma joue.
         Alors le verger vaste et le bois et la plaine
         Tressaillirent d’un bruit étrange, et la fontaine
         Coula plus vive avec un rire dans ses eaux ;
         Les trois Nymphes debout auprès des trois roseaux
65 Se prirent par la main et dansèrent ; du bois
         Les faunes roux sortaient par troupes, et des voix,
         Chantèrent par delà les arbres du verger
         Avec des flûtes en éveil dans l’air léger.
         La terre retentit du galop des centaures ;
70 Il en venait du fond de l’horizon sonore.
         Et l’on voyait, assis sur la croupe qui rue,
         Tenant des thyrses tors et des outres ventrues,
         Des satyres boiteux piqués par des abeilles.
         Et les bouches de crin et les lèvres vermeilles
75 Se baisaient, et la ronde immense et frénétique.
         Sabots lourds, pieds légers, toisons, croupes, tuniques,
         Tournait éperdument autour de moi qui, grave,
         Au passage, sculptais aux flancs gonflés du vase
         Le tourbillonnement des forces de la vie.
80 Du parfum exhalé de la terre mûrie
         Une ivresse montait à travers mes pensées,
         Et dans l’odeur des fruits et des grappes pressées,
         Dans le choc des sabots et le heurt des talons,
         En de fauves odeurs de boucs et d’étalons,
85 Sous le vent de la ronde et la grêle des rires,
         Au marbre je taillais ce que j’entendais bruire ;
         Et parmi la chair chaude et les effluves tièdes,
         Hennissement du mufle ou murmure des lèvres.
         Je sentais sur mes mains, amoureux ou farouches,
90 Des souffles de naseaux ou des baisers de bouches.
         Le crépuscule vint et je tournai la tête.
         Mon ivresse était morte avec la tâche faite ;
         Et sur son socle enfin, du pied jusques aux anses,
         Le grand Vase se dressait nu dans le silence,
95 Et, sculptée en spirale à son marbre vivant,
         La ronde dispersée et dont un faible vent
         Apportait dans l’écho la rumeur disparue,
         Tournait avec ses boucs, ses dieux, ses femmes nues,
         Ses centaures cabrés et ses faunes adroits,
100 Silencieusement autour de la paroi,
         Tandis que, seul, parmi, à jamais, la nuit sombre,
         Je maudissais l’aurore et je pleurais vers l’ombre.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie