REG_2/REG170
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
LA CORBEILLE DES HEURES
Odelette III
         Tu frapperas !
         La porte est haute sous les roses et le lierre
         Aux mille bras
         Incrustés dans la vieille pierre
5 Et se crispant comme la nuit
         Qui étreignait de haut en bas
         La maison noire et solitaire
         Qui maintenant chante et luit
         Sous les roses, à l’aube claire.
10 Je t’attends assis en chantant,
         Je t’attends, car c’est le printemps ;
         Les vitres pâlissent, et le pavé pâle
         S’éclaire et blanchit de dalle en dalle,
         Et l’ombre s’accroupit aux angles ;
15 Entre,
         Toi qui à ma porte es venue,
         Souriante et nue.
         Entre. Veux-tu
         T’asseoir à mon foyer pour y filer le chanvre
20 Au bruit du rouet monotone ?
         Veux-tu
         Attendre ici l’automne ?
         Veux-tu que je te donne
         Le gobelet de hêtre et l’assiette d’étain,
25 Le fruit, le pain,
         Un peu d’eau pure,
         Et rester là ?
         La route est dure.
         Mais déjà ton sourire est un baiser… Voilà
30 Une fleur pour que tu la tiennes
         À ta main, et voici une lampe d’or
         Et trois opales anciennes ;
         Voici encor
         Une ceinture où pend une clé ;
35 Prends la tunique et les sandales,
         Je te les donne.
         Tu as la lampe et les opales,
         Tu as la clé,
         Et maintenant va parmi les hommes !
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie