REG_2/REG177
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
LA CORBEILLE DES HEURES
Ode II
         Les Heures de la Vie chantent et passent
         Debout et doubles, en guirlande
         De joie ou de tristesse,
         Fortes ou lasses,
5 Et leurs mains tressent
         La couronne des jours, un à un, et s’enlacent.
         Une, parfois,
         D’un geste qui sourit ou d’un geste qui pleure,
         Porte à ses lèvres qui les baisent
10 La fleur de son extase ou la fleur de sa fièvre,
         Durable ou brève ;
         Et toutes chantent
         Et passent, par les mains unies.
         Ce sont les heures de la Vie.
15 Les Heures du Passé songent dans l’ombre.
         Les diadèmes d’or cerclent leur cheveux sombres ;
         Leurs robes sont graves de pourpres anciennes ;
         Assises dans l’ombre, elles tiennent
         De vieux miroirs pâles et ternes
20 Où elles se mirent longtemps
         Et se cherchent toujours et ne se revoient pas.
         Parfois, elles parlent tout bas ;
         On les entend
         Chuchoter comme un bruit de feuilles mortes ;
25 Elles ont des clefs qui n’ouvrent plus de portes
         Elles ont froid comme d’être nues ;
         Chacune se sent seule ensemble,
         Et la plus vieille boit de sa lèvre qui tremble
         Au cristal d’une coupe fendue
30 Une eau de larmes et de cendre.
         Les Heures d’Amour sont jeunes et belles.
         Les voici toutes,
         Regarde-les !
         Que leur importe l’ombre ou les cieux étoilés,
35 Le doux soleil au fleuve et l’averse à la route,
         Les roses d’autrefois, les épines d’alors,
         Et les robes de pourpre et les couronnes d’or ?
         Que leur importe
         Le miroir, la corbeille et la clef et la porte ?
40 Regarde-les.
         Elles sont toutes là, couchées,
         Chacune seule en sa pensée,
         Aveugles, immobiles et belles ;
         Mais l’Amour est au milieu d’elles,
45 Debout
         Et mystérieux, tout à coup,
         Dans l’envergure de ses ailes ;
         Il chante nu au milieu d’elles,
         Et toujours
50 Chacune en sa pensée entend chanter l’Amour.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie