REG_2/REG188
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
LA CORBEILLE DES HEURES
L'Offrande
         Dans ma corbeille d’or, j’apporte à ta beauté, 12
         Silencieux, avec le geste qui les donne, 12
         La fleur de mon printemps et de mon jeune été. 12
         Si le verger fut prompt, la treille aussi fut bonne ; 12
5 Regarde dans ma main se gonfler lourdement 12
         La grappe sans défaut qu’y suspendit l’automne. 12
         Mais comme j’ai connu, hélas ! non seulement 12
         La saison de la terre et la paix des collines, 12
         Regarde ce que j’ai dans mon panier d’argent : 12
10 Voici des varechs verts et des algues salines 12
         Et des conques de nacre où murmure la mer 12
         Avec sa double voix monstrueuse et divine ; 12
         Car j’ai connu l’écume éparse au flot amer ; 12
         L’âpre vent a battu dune aile forcenée 12
15 Ma face d’ambre grave et mon visage clair ; 12
         Aube à aube, jour à jour, année à année, 12
         J’ai cueilli la fleur pâle et la perle et le fruit 12
         Et chaque soir m’a dit qu’une aurore était née. 12
         La Nymphe m’a donné la fleur et m’a conduit 12
20 Sur la grève où me tend, hors de l’eau, la Sirène 12
         Le clair corail qui saigne et la perle qui luit. 12
         Car j’ai connu le flot et connu la fontaine, 12
         L’onde douce qui chante aux vasques en tremblant 12
         Et l’eau verte qui bave au roc qui la refrène ; 12
25 Et si mon pas hésite et s’attarde plus lent, 12
         C’est que je porte aussi une double corbeille, 12
         L’une tressée en or, l’autre faite d’argent. 12
         Accepte le fruit mûr et penche ton oreille 12
         Sur la conque où gémit le refrain de mes jours, 12
30 Tristesse qui s’endort ou douleur qui sommeille ; 12
         Voici la fleur légère et voici le fruit lourd, 12
         Accepte-les de moi pour, hélas ! en apprendre 12
         Mon éternel Espoir en route vers l’Amour. 12
         Au-dessus de ta porte aussi je veux suspendre 12
35 La flûte où j’ai chanté la douceur d’un beau soir 12
         Et le sablier vide où j’ai vu l’heure en cendre. 12
         Mon éternel Amour en route vers l’Espoir 12
         Voue à tes douces mains, que la fleur fait divines, 12
         Avec la grappe d’or que mûrit le cep noir, 12
40 La faucille terrestre et les rames marines. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie