REG_2/REG191
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
POÈMES DIVERS
L'Obstiné
         Si le paon, la colombe, et si le cygne blanc 12
         Ont volé loin de toi et fui tes mains tendues, 12
         Regarde tournoyer les trois plumes perdues 12
         Éparses de la queue ou du col ou du flanc. 12
5 Regarde, lentement, lourde qui fut ailée, 12
         Descendre peu à peu dans le soleil jauni 12
         La plume chatoyante et la plume ocellée 12
         Et celle qui fut blanche et que rien n’a terni. 12
         La première est tombée en l’herbe et se repose 12
10 Comme pour y mourir et s’endort, et, plus haut, 12
         L’autre tremble longtemps accrochée à des roses, 12
         Et la dernière glisse et flotte encor sur l’eau. 12
         Ramasse le bouquet des trois plumes divines 12
         Qui furent l’Orgueil rauque et l’Amour qui se plaint 12
15 Et celle aussi qui souffre aux pointes des épines 12
         Et dont tu sais le nom éternel et divin. 12
         Et va, puisque le paon, la colombe et le cygne 12
         Ont fui ta main stérile et que le jour est mort, 12
         Cueille au noir cep le sang de la mauvaise vigne 12
20 Et regarde dans l’ombre éclater les yeux d’or. 12
         Puisque les beaux oiseaux ont fui ta main ouverte, 12
         Crispe ton poing tordu et laisses-y, debout, 12
         S’y poser, tour à tour, hérissé ou inerte, 12
         Le sinistre corbeau ou le triste hibou. 12
25 Implante dans la terre et la mousse vorace 12
         Tes talons obstinés qui ne bougeront plus, 12
         Et que ta jambe prise à l’herbe qui l’enlace 12
         Sente ramper les nœuds des lierres poilus ; 12
         Et funèbre statue au seuil de la Nuit sombre. 12
30 Bouche muette aux pleurs et taciturne au cri, 12
         Dresses-y pour jamais ton geste qu’a meurtri 12
         Le bec de la ténèbre ou les griffes de l’ombre. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie