REG_2/REG194
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
POÈMES DIVERS
La Clef
         Attends, pour t’en aller, souriante à ta vie, 12
         Cueillir ses fleurs de chair et ses fruits d’or vivant 12
         Et tresser les cyprès de sa mélancolie 12
         Aux roseaux de sa joie en flûtes dans le vent, 12
5 Attends que le Destin, aussi vieux que la pierre 12
         De l’antique demeure où ton sort a fleuri, 12
         Remette entre tes mains la clef hospitalière 12
         De la maison déserte et qui fut ton abri. 12
         Et maintenant, va-t’en vers l’aurore éternelle 12
10 Avec l’Espoir et, côte à côte, avec l’Amour, 12
         Et que chacun t’abrite à l’ombre de son aile 12
         Et te mène le long des routes sans retour ; 12
         Que l’un porte à jamais la palme toujours verte 12
         Et la gourde noueuse au bout du bâton noir 12
15 Et que l’autre plus grave, entre ses mains offertes, 12
         Tienne la grappe lourde et hausse le miroir. 12
         Va-t’en. Le fleuve lent au fil de ses eaux lasses 12
         Conduira tes doux pas, et, froide à tes pieds blancs, 12
         L’onde qui refléta ton visage et qui passe 12
20 Lavera leur poussière, ô Passante ! en passant. 12
         Tu verras la mer vaste et la forêt farouche, 12
         Le courroux d’or des blés que courbe le vent clair, 12
         Et l’Été nu tendra aux lèvres de ta bouche 12
         Les fruits de l’arbre avec les conques de la mer. 12
25 Tu mordras la douceur qui jute au flanc des pêches 12
         Ivres de succulence et de maturité, 12
         Les flûtes de roseaux entre tes lèvres fraîches 12
         Craqueront sous tes dents après avoir chanté. 12
         Tu chanteras avec les bois et les fontaines, 12
30 Avec le vent qui rôde et l’eau qui rit en pleurs, 12
         Avec la dure averse et la pluie incertaine, 12
         De la première feuille à la dernière fleur. 12
         Mais quand le grave Automne avec le Soir qu’il guide 12
         En la vieille forêt qui s’est faite d’or lourd 12
35 Te montrera, fuyant, dans ta mémoire vide, 12
         L’Espoir, par le chemin où s’est perdu l’Amour ; 12
         Entendras-tu tinter à ta ceinture noire, 12
         Parmi les roides plis de ta robe d’hiver 12
         Où se gèle d’argent l’eau pâle d’une moire, 12
40 L’hospitalière Clef d’or, de bronze et de fer, 12
         Cette Clef, qui tressaille à la main qui la porte 12
         Et qui ouvre pour ceux, hélas ! que l’heure a fuis 12
         La serrure à jamais de la suprême porte 12
         Et le ventail de l’ombre et les gonds de la nuit ? 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie