REG_2/REG76
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
ARÉTHUSE
FLÛTES D’AVRIL ET DE SEPTEMBRE
         J’ai conduit le cheval à travers les marais, 12
         Dit-il ; l’automne avec les feuilles des forêts 12
         Avait jonché la route et comblé les fontaines ; 12
         Les durs sabots craquaient sur la coque des faînes, 12
5 Et je tenais la bride en marchant près de lui, 12
         Et je ne voyais plus les arbres dans la nuit, 12
         Et la route était longue à travers le bois noir. 12
         Je tremblais d’être entré par les portes du soir 12
         Et j’errais, anxieux du gîte et de l’issue, 12
10 Mais, peu à peu, j’ai vu blanchir mes deux mains nues 12
         Et le cheval ailé, peu à peu, devint clair 12
         Comme si se faisait l’aurore dans sa chair ; 12
         La source jaillissait sous son sabot divin ; 12
         Son envergure éblouissait tout le matin, 12
15 Prodigieuse avec la forme d’une lyre. 12
         Une clarté sortait de lui comme un sourire 12
         Et, toute la forêt sachant que c’était lui, 12
         Les antres refermaient leurs gueules sur la Nuit. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie