REG_2/REG79
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
ARÉTHUSE
FLÛTES D’AVRIL ET DE SEPTEMBRE
Apostrophe funéraire
         Pieuse à ce tombeau, ma Sœur, où tu t’accoudes, 12
         Quels automnes ont fait ta chevelure lourde 12
         D’ors graves, et quels soirs reflétés des fontaines 12
         Laissèrent dans tes jeux leurs étoiles lointaines ? 12
5 Tes gestes ont encor d’avoir porté des fleurs 12
         Une grâce à jamais qu’accoudent tes douleurs 12
         Au cippe funéraire où s’arrêta ta route ; 12
         Et c’est ta vie, ô passante, que tu écoutes, 12
         Avec ses flûtes d’or et ses flûtes d’ébène, 12
10 Rire par les vergers et pleurer aux fontaines, 12
         Et qui au marbre, hélas ! se veine rose et noire. 12
         À toute joie en pleurs au fond de ta mémoire 12
         Est-il une tristesse aussi qui ne sourie ? 12
         Le fruit qui ressemblait à ta bouche mûrie 12
15 Fut-il amer ou doux d’avoir été goûté ? 12
         Ce qui fut valait-il enfin d’avoir été ? 12
         Ô toi qui sais le soir et qui bus aux fontaines 12
         Parle-moi, Ombre grave, et dis-moi, Psychéenne, 12
         Sous quel destin, silencieuse, tu te courbes, 12
20 Plus pâle à ce tombeau, pieuse, où tu t’accoudes. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie