REG_2/REG86
Henri de Regnier
LES JEUX RUSTIQUES ET DIVINS
1897
ARÉTHUSE
FLÛTES D’AVRIL ET DE SEPTEMBRE
Le Faune au Miroir
         Tristesse, j’ai bâti ta maison, et les arbres 12
         Mélangent leur jaspure aux taches de tes marbres, 12
         Tristesse, j’ai bâti ton palais vert et noir 12
         Où l’if du deuil s’allie aux myrtes de l’espoir ; 12
5 Tes fenêtres, dans le cristal de leurs carreaux, 12
         Reflètent des jardins de balustres et d’eaux 12
         Où s’encadre le ciel à leur exactitude ; 12
         L’écho morne y converse avec la solitude 12
         Qui se cherche elle-même autour de ses cyprès ; 12
10 Plus loin c’est le silence et toute la forêt, 12
         La vie âpre, le vent qui rôde, l’herbe grasse 12
         Où se marque, selon la stature qui passe, 12
         Un sabot bestial au lieu d’un pied divin ; 12
         Plus loin, c’est le Satyre et plus loin le Sylvain 12
15 Et la Nymphe qui, nue, habite les fontaines 12
         Solitaires où près des eaux thessaliennes 12
         Le Centaure en ruant ébrèche les cailloux, 12
         Et puis des sables gris après des sables roux, 12
         Les monstres du Désir, les monstres de la Chair, 12
20 Et, plus loin que la grève aride, c’est la Mer. 12
         Tristesse, j’ai bâti ta maison, et les arbres 12
         Ont jaspé le cristal des bassins comme un marbre ; 12
         Le cygne blanc y voit dans l’eau son ombre noire 12
         Comme la pâle Joie au lac de ma mémoire 12
25 Voit ses ailes d’argent ternes d’un crépuscule 12
         Où son visage nu qui d’elle se recule 12
         Lui fait signe, à travers l’à jamais, qu’elle est morte ; 12
         Et moi qui suis entré sans refermer la porte 12
         J’ai peur de quelque main dans l’ombre sur la clé ; 12
30 Et je marche de chambre en chambre, et j’ai voilé 12
         Mes songes pour ne plus m’y voir ; mais de là-bas 12
         Je sens encor rôder des ombres sur mes pas, 12
         Et le cristal qui tinte et la moire que froisse 12
         Ma main lasse à jamais préviennent mon angoisse, 12
35 Car j’entends dans le lustre hypocrite qui dort 12
         Le bruit d’une eau d’argent qui rit dans des fleurs d’or 12
         Et la stillation des antiques fontaines 12
         Où Narcisse buvait les lèvres sur les siennes 12
         Par qui riait la source au buveur anxieux ; 12
40 Et je maudis ma bouche, et je maudis mes yeux 12
         D’avoir vu la peau tiède et touché l’onde froide, 12
         Et, quand mes doigts encor froncent l’étoffe roide, 12
         J’entends, de mon passé bavard qui ne se tait, 12
         Les feuilles et le vent de la vieille forêt ; 12
45 Et je marche parmi les chambres solitaires 12
         Où quelqu’un parle avec la feinte de se taire, 12
         Car ma vie a des yeux de sœur qui n’est pas morte ; 12
         Et j’ai peur, lorsque j’entre, et du seuil de la porte, 12
         De voir, monstre rieur et fantôme venu 12
50 De l’ombre, avec l’odeur des bois dans son poil nu, 12
         Quelque Faune qui ait à ses sabots sonores 12
         De la boue et de l’herbe et des feuilles encore, 12
         Et, dans la chambre taciturne, de le voir 12
         Danser sur le parquet et se rire aux miroirs ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie