REN_4/REN190
Armand Renaud
Drames du peuple
1885
AUTOUR DE NOUS
Chanson des Rôdeurs de nuit
         Des cabarets aux rideaux rouges, 8
         Des concerts aux refrains discords, 8
         Des couloirs tortueux des bouges, 8
         Où vaguement grouillent les corps 8
5 Embusqués dans les encognures, 8
         Du fond des ruelles obscures 8
         Que ferme un hangar incertain. 8
         Des bancs perdus, des tas de fanges, 8
         Ils émergent, spectres étranges. 8
10 Quand sonne une heure du matin. 8
         Ce sont les sauvages modernes 8
         Qui se glissent dans la cité, 8
         Plus fauves que Tours des cavernes 8
         Au temps du monde inhabité. 8
15 Pétris de misère et de haine, 8
         De nos lois maudissant la chaîne. 8
         Ils vont en quête de butin, 8
         Prêts, pour lui dérober sa montre, 8
         A poignarder qui les rencontre. 8
20 Sur les deux heures du matin. 8
         Que leur importe la science. 8
         Le progrès montant pas à pas ? 8
         Dans la lutte pour l'existence, 8
         Ils savent qu'ils ne comptent pas. 8
25 Aussi n'ont-ils qu'une pensée. 8
         Qu'une vision pourchassée 8
         Comme un paradis clandestin : 8
         En festoyant chercher la joie 8
         Tandis qu'agonise leur proie, 8
30 Sur les trois heures du matin. 8
         Plus qu'eux la loi, sans doute, est forte : 8
         Par son glaive qui les attend. 8
         Ils seront frappés. Mais qu'importe ! 8
         Pourvu qu'ils aient eu leur instant, 8
35 Qu'ils aient protesté par le crime 8
         Contre un ordre qui les opprime 8
         En les rivant à leur destin 8
         Pour eux que l'échafaud s'apprête 8
         Ils le salueront de la tête. 8
40 Sur les quatre heures du matin. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie