REN_4/REN191
Armand Renaud
Drames du peuple
1885
AUTOUR DE NOUS
Les Fiancées de Cayenne
         DANS la rade de Brest le navire est à l'ancre. 12
         La nuit tombe ; le flot clapote, couleur d'encre ; 12
         Les astres rarement percent un ciel couvert. 12
         Courant en longs serpents sur l'onde qui vacille, 12
5 Deux fanaux, sur le flanc du navire immobile, 12
         Luisent, l'un rouge, l'autre vert. 8
         La rade est solitaire et la grève est muette. 12
         Du bordage et des mâts on voit la silhouette 12
         Qui, frêle, se détache en plus noir sur la nuit. 12
10 L'infini de la mer, l'infini de l'espace 12
         Se mêlent ; un nuage après un autre passe ; 12
         Un flot après un flot s'enfuit. 8
         A bord, sous bonne escorte, on a, dans la journée, 12
         Conduit quatre à cinq cents femmes, une fournée 12
15 De crimes assortis dont Cayenne aura soin. 12
         La plupart ont volé ; plus d'une, dans le nombre, 12
         A tué son enfant par un temps rempli d'ombre 12
         Où ses pas glissaient sans témoin. 8
         La plus belle, la plus jeune parmi ces femmes, 12
20 Brune, a des yeux d'azur baignés de douces flammes ; 12
         Pourtant elle suivait, fraîche et le rire aux dents, 12
         Des gens qui saccageaient les maisons éloignées. 12
         Et veillait au dehors pendant que leurs cognées 12
         Fendaient les crânes au dedans. 8
25 Une autre était servante, et, se voyant chassée 12
         Pour s'être en la débauche et l'ivresse enfoncée. 12
         Avait, dans son esprit imprégné d'alcool, 12
         Résolu la vengeance et, s'embusquant farouche, 12
         A ses maîtres jeté sur les yeux et la bouche 12
30 Un flacon plein de vitriol. 8
         C'est hideux, n'est-ce pas ? — Recherchons leur enfance. 12
         Contre le mal, combien ont grandi sans défense ! 12
         Pour combien, pas d'école et pas même d'abri ! 12
         A l'heure où le cerveau s'ouvre en fleur aux idées. 12
35 Combien furent en proie aux choses dégradées, 12
         Sans avoir pu jeter un cri ! 8
         Combien, noires de coups, ayant froid, affamées. 12
         Et, non moins qu'en leur corps, en leur âme opprimées, 12
         Contre leur droit, au nom d'un droit faux des parents, 12
40 Étouffèrent dans l'ombre épaisse ! Ah ! soyons justes 12
         Nous leur devions de l'air, du jour, à ces arbustes, 12
         Si nous les voulions beaux et grands ! 8
         Triste écume du peuple où plus d'une âme vibre. 12
         Troupeau surtout esclave et puni comme libre. 12
45 Êtres profondément monstrueux et flétris, 12
         Femmes qui n'avez plus d'avenir dans la vie. 12
         Allez, rebut ! Cayenne, en riant, vous convie ; 12
         Ses forçats seront vos maris. 8
         Aspirez sur le pont l'air qui souffle du large. 12
50 Il vous apporte, ô vous que la honte surcharge, 12
         Les soupirs enflammés des bandits de là-bas. 12
         Car l'on vous mariera ; vos sinistres pensées 12
         De leurs mornes secrets seront les fiancées ; 12
         Les crimes prendront leurs ébats. 8
55 Les hommes aux regards fauves, aux couteaux rouges. 12
         Attendriront leurs yeux pour vous, filles des bouges ; 12
         Et vous tendrez le sein à des enfants joyeux. 12
         Vous dont l'oreille encor frémit, songeant au râle 12
         De l'autre, que vos doigts rendirent froid et pâle 12
60 Au moment qu'il ouvrait les yeux. 8
         Parmi vous, c'est dans Tordre, il est un groupe infâme. 12
         Hébété, n'ayant pas conservé trace d'âme. 12
         Subissant le seul joug des assouvissements. 12
         Vivant au jour le jour, sans avoir d'autre envie 12
65 Que celle d'arroser son gosier d'eau-de-vie, 12
         En poussant des ricanements. 8
         Ces femmes sont trop bas pour pouvoir sur la route 12
         Rien entendre des voix que la Nature écoute, 12
         Tantôt montant du flot, tantôt tombant du ciel ; 12
70 Et, brutes appelant des brutes, n'auront guère 12
         D'autre amour dans le sein qu'une fièvre vulgaire 12
         Pour des gens de boue et de fiel. 8
         Mais, dans la cargaison, peut-être quelques-unes 12
         Ont fléchi sous le poids de grandes infortunes, 12
75 Sans que leur âme au gouffre ait suivi leur vertu ; 12
         Et, s'isolant du bruit, peut-être songent-elles. 12
         Tandis que par la vague aux pointes de dentelles 12
         Le flanc du navire est battu. 8
         Elles songent aux jours passés, au son des cloches. 12
80 Aux coups d'œil qu'on avait en montant sur les roches, 12
         Le matin, aux parents plus tard cachés ou morts ; 12
         Puis revient le tableau du crime ineffaçable. 12
         Et, comme en un désert le vent chasse du sable. 12
         Chaque idée apporte un remords. 8
85 Navire et passagers sont un point dans la brume. 12
         La vaste mer pourtant contient moins d'amertume 12
         Que les larmes tombant de ces cœurs inconnus. 12
         Courage, cœurs plaintifs ! Vous qui pleurez, courage ! 12
         Sur ce vaisseau maudit, par ce souffle d'orage. 12
90 Vos vrais jours d'honneur sont venus. 8
         Votre front s'est courbé ; mais votre âme est plus haute 12
         De tout ce qu'elle a mis de sanglots sur sa faute. 12
         Vous regrettez le temps où vous étiez l'oiseau. 12
         Sans soupçonner le mal, gazouillant l'espérance : 12
95 Certes, c'était plus doux, la candide ignorance. 12
         Savoir et vaincre, c'est plus beau. 8
         Dans la tranquillité de vos ailes sans tache. 12
         Vous restiez sur la branche où la fleur se détache, 12
         Sans avoir d'autre but que d'y puiser du miel. 12
100 Maintenant, dans l'horreur d'avoir touché la fange, 12
         Vous ne trouvez jamais, pour fuir l'impur mélange, 12
         Assez de profondeur au ciel. 8
         Et tandis qu'au milieu des lumières de fête 12
         Plus d'une femme, ornant de diamants sa tête, 12
105 Ayant tout pour l'aimer et pour lui faire accueil, 12
         Ne cessant de passer du bien-être à la joie, 12
         Dans les cœurs à ses pieds ne verra qu'une proie 12
         Pour ses sens ou pour son orgueil ; 8
         Vous, si vous rencontrez, sur la lointaine plage, 12
110 De ces êtres meurtris qu'une amitié soulage. 12
         En mettant votre main dans la leur, vous ferez, 12
         Par delà les mépris qui vivent d'apparence, 12
         Luire sur votre amour imprégné de souffrance 12
         Le plus pur des rayons sacrés. 8
115 Laissez, laissez passer les forces et les rires ! 12
         Dans l'expiation, vos ailes de martyres 12
         Vous portent sur la cime où cela compte peu. 12
         Nul trouble humain ne peut monter jusqu'à vos larmes. 12
         Au-dessous, c'est l'orage aux fulgurants vacarmes ; 12
120 Mais, au-dessus, c'est le ciel bleu 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie