ROL_1/ROL8
Maurice Rollinat
Dans Les Brandes
Poèmes Et Rondels
1877
LE CHEMIN AUX MERLES
         Voici que la rosée éparpille ses perles 12
         Qui tremblent sous la brise aux feuilles des buissons. 12
         — Vague du spleen, en vain contre moi tu déferles ! 12
         Car, dans les chemins creux où sifflotent les merles, 12
5 Et le long des ruisseaux qui baignent les cressons, 12
         La fraîcheur du matin m'emplit de gais frissons. 12
         Mystérieuse, avec de tout petits frissons, 12
         La rainette aux yeux noirs et ronds comme des perles, 12
         S'éveille dans la flaque, et franchit les cressons, 12
10 Pour aller se blottir aux creux des verts buissons, 12
         Et mêler son chant rauque au sifflement des merles. 12
         — Vague du spleen, en vain contre moi tu déferles ! 12
         — Vague du spleen, en vain contre moi tu déferles 12
         Sous l'arceau de verdure où passent des frissons, 12
15 J'ai pour me divertir le bruit que font les merles, 12
         Avec leur voix aiguë égreneuse de perles ! 12
         Et de même qu'ils sont les rires des buissons, 12
         La petite grenouille est l'âme des cressons. 12
         La libellule vibre aux pointes des cressons. 12
20 — Vague du spleen, en vain contre moi tu déferles ! 12
         Le soleil par degrés attiédit les buissons, 12
         Déjà sur les talus l'herbe a de chauds frissons, 12
         Et les petits cailloux luisent comme des perles ; 12
         La feuillée est alors toute noire de merles ! 12
25 C'est à qui sifflera le plus parmi les merles ! 12
         L'un d'eux, s'aventurant au milieu des cressons, 12
         Bat de l'aile sur l'eau qui s'en égoutte en perles ; 12
         — Vague du spleen, en vain contre moi tu déferles ! 12
         Et le petit baigneur fait courir des frissons 12
30 Dans la flaque endormie à l'ombre des buissons. 12
         Mais un lent crépuscule embrume les buissons ; 12
         Avec le soir qui vient, le sifflement des merles 12
         Agonise dans l'air plein d'étranges frissons ; 12
         Un souffle humide sort de la mare aux cressons : 12
35 O spleen, voici qu'à flots dans mon cœur tu déferles ! 12
         Toi, nuit ! tu n'ouvres pas ton vaste écrin de perles ! 12
         Pas de perles au ciel ! le long des hauts buissons, 12
         Tu déferles, noyant d'obscurité les merles 12
         Et les cressons ! — Je rentre avec de noirs frissons ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie