SIL_1/SIL45
Armand Silvestre
Les Renaissances
1870
PAYSAGES MÉTAPHYSIQUES
Cieux Nocturnes
I
         Il est un grand tombeau dont l'horreur me poursuit, 6+6 a
         Large, froid, et peuplé de silences funèbres : 6+6 b
         — C'est l'immense tombeau qu'ouvre sur nous la nuit 6+6 a
         Dans l'azur dilaté par l'effroi des ténèbres. 6+6 b
5 Comme des jours furtifs où glisse la pâleur 6+6 a
         D'un ciel d'or très lointain, au travers d'un mur sombre, 6+6 b
         Les étoiles, filtrant leur clarté sans chaleur, 6+6 a
         Blanches, rompent parfois la tristesse de l'ombre. 6+6 b
         Des réveils immortels nous mesurant l'espoir, 6+6 a
10 Rares, ces mornes feux dont la lumière tremble 6+6 b
         Luisent, sans l'éclairer, dans le sépulcre noir 6+6 a
         Dont nous sommes les morts et les vers tout ensemble. 6+6 b
         Des étoiles fuyant le chœur silencieux, 6+6 a
         Parmi les trépassés trépassé solitaire, 6+6 b
15 Pour pardonner aux nuits l'épouvante des cieux 6+6 a
         J'attends qu'un Dieu nouveau, pitoyable à la terre, 6+6 b
         Ainsi qu'un fossoyeur, les deux bras étendus, 6+6 a
         Ferme ce vide horrible, et, de sa main géante, 6+6 b
         Versant dans l'éther creux un flot d'astres perdus, 6+6 a
20 Comble avec des soleils sa profondeur béante ! 6+6 b
mètre profil métrique : 6+6
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie