VER_1/VER23
Paul Verlaine
POÈMES SATURNIENS
1866
MELANCOLIA
V
Lassitude
A batallas de amor campo de pluma.
(Góngora.)
         De la douceur, de la douceur, de la douceur ! 6−6
         Calme un peu ces transports fébriles, ma charmante. 6+6
         Même au fort du déduit parfois, vois-tu, l'amante 6+6
         Doit avoir l'abandon paisible de la sœur. 6+6
5 Sois langoureuse, fais ta caresse endormante, 6+6
         Bien égaux tes soupirs et ton regard berceur. 6+6
         Va, l'étreinte jalouse et le spasme obsesseur 6+6
         Ne valent pas un long baiser, même qui mente ! 6+6
         Mais dans ton cher cœur d'or, me dis-tu, mon enfant, 6+6
10 La fauve passion va sonnant l'olifant !… 6+6
         Laisse-la trompetter à son aise, la gueuse ! 6+6
         Mets ton front sur mon front et ta main dans ma main, 6+6
         Et fais-moi des serments que tu rompras demain, 6+6
         Et pleurons jusqu'au jour, ô petite fougueuse ! 6+6
mètre profil métrique : 6−6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie