VER_1/VER41
Paul Verlaine
POÈMES SATURNIENS
1866
CAPRICES
III
La Chanson des Ingénues
         Nous sommes les Ingénues 7
         Aux bandeaux plats, à l’œil bleu, 7
         Qui vivons, presque inconnues, 7
         Dans les romans qu’on lit peu. 7
5 Nous allons entrelacées, 7
         Et le jour n’est pas plus pur 7
         Que le fond de nos pensées, 7
         Et nos rêves sont d’azur ; 7
         Et nous courons par les prés, 7
10 Et rions et babillons 7
         Des aubes jusqu’aux vesprées, 7
         Et chassons aux papillons ; 7
         Et des chapeaux de bergères 7
         Défendent notre fraîcheur, 7
15 Et nos robes — si légères — 7
         Sont d’une extrême blancheur ; 7
         Les Richelieux, les Caussades 7
         Et les chevaliers Faublas 7
         Nous prodiguent les œillades, 7
20 Les saluts et les « hélas ! », 7
         Mais en vain, et leurs mimiques 7
         Se viennent casser le nez 7
         Devant les plis ironiques 7
         De nos jupons détournés ; 7
25 Et notre candeur se raille 7
         Des imaginations 7
         De ces raseurs de muraille, 7
         Bien que parfois nous sentions 7
         Battre nos cœurs sous nos mantes 7
30 À des pensers clandestins, 7
         En nous sachant les amantes 7
         Futures des libertins. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie