VER_21/VER628
Paul Verlaine
LE LIVRE POSTHUME
1893-1894
LE LIVRE POSTHUME
         Le poète a fini | sa tâche.
         L'homme, non. 6+6
         L'un se rept du bruit | fait autour de son nom, 6+6
         Il compte ses succès | sincères ou factices, 6+6
         Jusqu'à ses derniers vers, | qu'il sent bien fatigués ! 6+6
5 Le temps n'est plus | des madrigaux | jolis et gais, 4+4+4
         De l'élégie au tour | voluptueux et tendre, 6+6
         De l'ode au vol vainqueur, | du sonnet qu'à l'entendre 6+6
         (Le poète) on t cru | du Pétrarque, mais mieux. 6+6
         Il voudrait, et | de bonne foi, | se faisant vieux, 4+4+4
10 Que tout fût dit pour lui | sans plus pousser sa gloire, 6+6
         S'en fiant là-dessus | à l'humaine Mémoire. 6+6
         C'est un cœur, un esprit, | une âme retraités, 6+6
         Soignant à loisir ses | deux immortalités, 6−6
         Plus soucieux pourtant, | quelque ardeur qui l'allume, 6+6
15 Quand à son âme, encor | de celle de sa plume. 6+6
         Pour l'homme, – le poète | à part et lyre et luth 6+6
         Bien écarté, | – mal occupé | de son « salut » 4+4+4
         Peut-être autant que ce | poète qu'est lui-même, 6−6
         Son rôle n'est joué | qu'à demi, le problème 6+6
20 De sa vie, il ne l'a | résolu que si peu 6+6
         Qu'il n'est pas sûr de quoi | que ce soit devant Dieu. 6+6
         Sa mémoire ne lui | dit rien qui le console 6−6
         Ou le désole, ou quoi | que ce soit. Sa parole 6+6
         Hésite, et l'action | semble ôtée à son bras. 6+6
25 Pourtant la volonté, | parmi tous embarras, 6+6
         Ennui, remors peut-être, | à coup sûr vœux en quête 6+6
         ou las, persiste et bande | et tend toute la tête. 6+6
         Il vit et prétend vivre, | et cela très longtemps, 6+6
         Et non pas être heureux | de par ses vœux contents. 6+6
30 Au feu ses passions, | en tant pourtant que feues, 6+6
         Satisfaites, non, il | aspire à mieux qu'aux queues 6−6
         Des comètes, et c'est | le soleil qu'il lui faut, 6+6
         Le bonheur !…
         Et voici | qu'à cette heure prévaut, 6+6
         Dans l'existence de | cet homme tout tendresse, 6−6
35 L'amour, et qu'il a bien | la meilleure mtresse, 6+6
         Gté, bonté, raison, | et qu'il aime à mourir 6+6
         De son absence, si | ce risque allait courir 6+6
         (Mais elle ne s'en ira pas, | dis, ma chérie ?). 8+4
         Or, depuis qu'elle est là, | l'humble et droite Égérie, 6+6
40 Le charme et le conseil, | c'est curieux ce qu'il 6+6
         Gagne en cordial de | ce qu'il perd en subtil. 6−6
         Il s'intéresse | à toute chose, | à tord ? peut-être ? 4+4+4
         Autant et mieux qu'à l'art | qui fut l'unique mtre 6+6
         De ce cerveau | despotiquement fier jadis, 4+8
45 Et maintenant | doux, tolérant, | un paradis ; 4+4+4
         Une chambre commode, | et bien chaude, et bien frche, 6+6
         Frche comme un bosquet, | chaude comme une crèche, 6+6
         Pour toute simple idée | et tout raisonnement 6+6
         Clair, et pour toute | gentillesse, | bonnement. 4+4+4
50 Sous cette muse, aimable | et fine inspiratrice, 6+6
         En même temps | qu'infiniment | dominatrice 4+4+4
         Dans le sens le meilleur | et le plus haut du mot, 6+6
         L'homme reste poète | au sens calme qu'il faut, 6+6
         Et le livre qui va | venir après tant d'autres, 6+6
55 , Vertu, vous planez, | , Vice, tu te vautres, 6+6
         S'en va paisiblement, | honnête, sous ta loi, 6+6
         Femme en qui le poète | et l'homme ont mis leur foi. 6+6
mètre profil métrique : 6=6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie