VER_9/VER373
Paul Verlaine
Parallèlement
1889
LŒTI ET ERRABUNDI
         LES courses furent intrépides 8
         (Comme aujourd’hui le repos pèse !) 8
         Par les steamers et les rapides. 8
         (Que me veut cet at home obèse ?) 8
5 Nous allions, – vous en souvient-il, 8
         Voyageur où ça disparu ? – 8
         Filant légers dans l’air subtil, 8
         Deux spectres joyeux, on eût cru ! 8
         Car les passions satisfaites 8
10 Insolemment outre mesure 8
         Mettaient dans nos têtes des fêtes 8
         Et dans nos sens, que tout rassure, 8
         Tout, la jeunesse, l’amitié, 8
         Et nos cœurs, ah ! que dégagés 8
15 Des femmes prises en pitié 8
         Et du dernier des préjugés, 8
         Laissant la crainte de l’orgie 8
         Et le scrupule au bon ermite, 8
         Puisque quand la borne est franchie 8
20 Ponsard ne veut plus de limite. 8
         Entre autres blâmables excès, 8
         Je crois que nous bûmes de tout, 8
         Depuis les plus grands vins français 8
         Jusqu’à ce faro, jusqu’au stout. 8
25 En passant par les eaux-de-vie 8
         Qu’on cite comme redoutables, 8
         L’âme au septième ciel ravie, 8
         Le corps, plus humble, sous les tables. 8
         Des paysages, des cités 8
30 Posaient pour nos yeux jamais las ; 8
         Nos belles curiosités 8
         Eussent mangé tous les atlas. 8
         Fleuves et monts, bronzes et marbres, 8
         Les couchants d’or, l’aube magique, 8
35 L’Angleterre, mère des arbres, 8
         Fille des Beffrois, la Belgique, 8
         La mer, terrible et douce au point, – 8
         Brochaient sur le roman très cher 8
         Que ne discontinuait point 8
40 Notre âme, – et quid de notre chair ?… – 8
         Le roman de vivre à deux hommes 8
         Mieux que non pas d’époux modèles, 8
         Chacun au tas versant des sommes 8
         De sentiments forts et fidèles. 8
45 L’envie aux yeux de basilic 8
         Censurait ce mode d’écot ; 8
         Nous dînions du blâme public 8
         Et soupions du même fricot. 8
         La misère aussi faisait rage 8
50 Par des fois dans le phalanstère : 8
         On ripostait par le courage, 8
         La joie et les pommes de terre. 8
         Scandaleux sans savoir pourquoi 8
         (Peut-être que c’était trop beau), 8
55 Mais notre couple restait coi 8
         Comme deux bon porte-drapeau, 8
         Cois dans l’orgueil d’être plus libres 8
         Que les plus libres de ce monde, 8
         Sourd aux gros mots de tous calibres, 8
60 Inaccessible au rire immonde. 8
         Nous avions laissé sans émoi 8
         Tous impédiments dans Paris, 8
         Lui quelques sots bernés, et moi 8
         Certaine princesse Souris, 8
65 Une sotte qui tourna pire… 8
         Puis soudain tomba notre gloire, 8
         Tels, nous, des maréchaux d’empire 8
         Déchus en brigands de la Loire. 8
         Mais déchus volontairement ! 8
70 C’était une permission, 8
         Pour parler militairement, 8
         Que notre séparation, 8
         Permission sous nos semelles, 8
         Et depuis combien de campagnes ! 8
75 Pardonnâtes-vous aux femelles ? 8
         Moi j’ai peu revu ces campagnes, 8
         Assez toutefois pour souffrir. 8
         Ah ! quel cœur faible que mon cœur ! 8
         Mais mieux vaut souffrir que mourir, 8
80 Et surtout mourir de langueur. 8
         On vous dit mort, vous. Que le diable 8
         Emporte avec qui la colporte 8
         La nouvelle irrémédiable 8
         Qui vient ainsi battre ma porte ! 8
85 Je n’y veux rien croire. Mort, vous, 8
         Toi, dieu parmi les demi-dieux ! 8
         Ceux qui le disent sont des fous. 8
         Mort, mon grand péché radieux, 8
         Tout ce passé brûlant encore 8
90 Dans mes veines et ma cervelle 8
         Et qui rayonne et qui fulgore 8
         Sur ma ferveur toujours nouvelle ! 8
         Mort tout ce triomphe inouï 8
         Retentissant sans frein ni fin 8
95 Sur l’air jamais évanoui 8
         Que bat mon cœur qui fut divin ! 8
         Quoi, le miraculeux poème 8
         Et la toute-philosophie, 8
         Et ma patrie et ma bohème 8
100 Morts ? Allons donc ! tu vis ma vie ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie