VER_9/VER379
Paul Verlaine
Parallèlement
1889
APPENDICE II
À celle que l'on dit froide
         Tu n'es pas la plus amoureuse 8
         De celles qui m'ont pris ma chair ; 8
         Tu n'es pas la plus savoureuse 8
         De mes femmes de l'autre hiver. 8
5 Mais je t'adore tout de même ! 8
         D'ailleurs, ton corps doux et bénin 8
         A tout, dans son calme suprême, 8
         De si grassement féminin, 8
         De si voluptueux sans phrase, 8
10 Depuis les pieds longtemps baisés 8
         Jusqu'à ces yeux clairs purs d'extase, 8
         Mais que bien et mieux apaisés ! 8
         Depuis les jambes et les cuisses 8
         Jeunettes sous la jeune peau, 8
15 À travers ton odeur d'éclisses, 8
         Et d'écrevisses fraîches, beau, 8
         Mignon discret, doux petit Chose 8
         À peine ombré d'un or fluet, 8
         T'ouvrant en une apothéose 8
20 À mon désir rauque et muet, 8
         Jusqu'aux jolis tétins d'infante, 8
         De miss à peine en puberté, 8
         Jusqu'à ta gorge triomphante 8
         Dans sa gracile vénusté, 8
25 Jusqu'à ces épaules luisantes, 8
         Jusqu'à la bouche, jusqu'au front 8
         Naïfs aux mines innocentes 8
         Qu'au font les faits démentiront, 8
         Jusqu'aux cheveux courts bouclés comme 8
30 Les cheveux d'un joli garçon, 8
         Mais dont le flot nous charme, en somme, 8
         Parmi leur apprêt sans façon, 8
         En passant par la lente échine 8
         Dodue à plaisir, jusques au 8
35 Cul somptueux, blancheur divine, 8
         Rondeurs dignes de ton ciseau, 8
         Mol Canova ! Jusques aux cuisses 8
         Qu'il sied de saluer encor, 8
         Jusqu'aux mollets, fermes délices, 8
40 Jusqu'aux talons de rose et d'or ! — 8
         Nos nœuds furent incoercibles ? 8
         Non, mais eurent leur attrait, leur. 8
         Nos feux se trouvèrent terribles ? 8
         Non, mais donnèrent leur chaleur. 8
45 Quant au Point — froide, ô non pas fraîche, 8
         Je dis que notre « sérieux » 8
         Fut surtout, et je m'en pourlèche, 8
         Une masturbation mieux, 8
         Bien qu'aussi bien les prévenances 8
50 Sussent te préparer sans plus — 8
         Comme tu dis — d'inconvenances, 8
         Pensionnaire qui me plus, 8
         Et je te garde entre les femmes 8
         Du regret, non sans quelque espoir, 8
55 De quand peut-être nous aimâmes 8
         Et de sans doute nous r'avoir. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie