VER_9/VER383
Paul Verlaine
Parallèlement
1889
APPENDICE II
Rendez-vous
         Dans la chambre encore fatale 8
         De l’encor fatale maison 8
         Où la raison et la morale 8
         Se tiennent plus que de raison, 8
5 Il semble attendre la venue 8
         À quoi, misère, il ne croit pas 8
         De quelque présence connue 8
         Et murmure entre haut et bas : 8
         « Ta voix claironne dans mon âme 8
10 Et tes yeux flambent dans mon cœur. 8
         Le Monde dit que c’est infâme 8
         Mais que me fait, ô mon vainqueur ? 8
         J'ai la tristesse et j'ai la joie 8
         Et j’ai l’amour encore un coup, 8
15 L’amour ricaneur qui larmoie, 8
         Ô toi beau comme un petit loup ! 8
         Tu vins à moi gamin farouche 8
         C’est toi, joliesse et bagout 8
         Rusé du corps et de la bouche 8
20 Qui me violente dans tout 8
         Mon scrupule envers ton extrême 8
         Jeunesse et ton enfance mal 8
         Encore débrouillée et même 8
         Presque dans tout mon animal 8
25 Deux, trois ans sont passés à peine, 8
         Suffisants pour viriliser 8
         Ta fleur d’alors et ton haleine 8
         Encore prompte à s’épuiser 8
         Quel rude gaillard tu dois être 8
30 Et que les instants seraient bons 8
         Si tu pouvais venir ! Mais, traître, 8
         Tu promets, tu dis : J’en réponds, 8
         Tu jures le ciel et la terre, 8
         Puis tu rates les rendez-vous… 8
35 Ah ! cette fois, viens ! Obtempère 8
         À mes désirs qui tournent fous. 8
         Je t’attends comme le Messie, 8
         Arrive, tombe dans mes bras ; 8
         Une rare fête choisie 8
40 Te guette, arrive, tu verras ! » 8
         Du phosphore en ses yeux s’allume 8
         Et sa lèvre au souris pervers 8
         S’agace aux barbes de la plume 8
         Qu’il tient pour écrire ces vers… 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie