VIC_2/VIC36
Gabriel Vicaire
A LA BONNE FRANQUETTE
1892
Vingt-Cinq Ballades
XXV
         J’ai beau, dès le petit matin, 8
         Mettre le nez à ma fenêtre… 8
         Personne à l’horizon lointain. 8
         Que la gloire est lente à paraître ! 8
5 Bah ! Suis-je fait pour la connaître. 8
         Quelque jour je m’endormirai 8
         Comme Tityre au pied d’un hêtre… 8
         Quand on m’aura bien enterré ! 8
         J’y perds, ma foi, tout mon latin. 8
10 Si ma route ainsi s’enchevêtre, 8
         C’est, bien sûr, la faute au destin. 8
         Et me voici presque un ancêtre. 8
         Humble desservant, pauvre prêtre, 8
         Qui ne pouvais passer curé, 8
15 Quel bon évêque je vais être 8
         Quand on m’aura bien enterré ! 8
         Pour le moindre petit trottin 8
         Mon cœur flamba comme salpêtre ; 8
         Je m’affolai d’un diablotin 8
20 Qui plus d’un soir m’envoya paître. 8
         On me trouvait par trop champêtre 8
         Et j’étais peu considéré. 8
         Que de cœurs dont je serai maître 8
         Quand on m’aura bien enterré ! 8
Envoi
25 Douce maîtresse au cœur si traître, 8
         Ô toi qui n’as jamais pleuré, 8
         Qui sait ? Tu m’aimeras peut-être 8
         Quand on m’aura bien enterré ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie