VIC_2/VIC46
Gabriel Vicaire
A LA BONNE FRANQUETTE
1892
La Journée de Javotte
A Charles Guillon
I
         Dans son grand lit rose 5
         Aux nœuds de satin, 5
         Depuis le matin 5
         Javotte repose. 5
5 Souple comme un gant, 5
         Vague comme un songe, 5
         Frissonne et s’allonge 5
         Son corps élégant. 5
         Autour de ses hanches 5
10 Au contour léger, 5
         Semblent voltiger 5
         Mille roses blanches. 5
         Sous ses cheveux d’or 5
         A peine on devine 5
15 Sa tête divine, 5
         Toute pure encor. 5
         A quoi rêve-t-elle, 5
         La naïve enfant ? 5
         A quelque bouffant 5
20 De folle dentelle ; 5
         A tant de mignons 5
         Qui disent : « Je t’aime, » 5
         Sans qu’on tienne même 5
         A savoir leurs noms ; 5
25 A sa robe à queue ; 5
         A son beau carlin ; 5
         Peut-être au moulin 5
         Qui battait l’eau bleue, 5
         Au temps où, dit-on, 5
30 Fillette champêtre, 5
         Elle menait paître 5
         L’âne et le mouton ! 5
         Maintenant des perles 5
         Brillent à ses doigts. 5
35 Adieu, dans les bois, 5
         La chanson des merles. 5
         Le lit de gala 5
         Garde, en sa paresse, 5
         Un air d’allégresse 5
40 Et de tralala. 5
         Çà et là des ruches, 5
         Des chiffons brodés, 5
         Le cornet aux dés, 5
         La cage aux perruches ; 5
45 Sous un cotillon 5
         Une boîte à mouches, 5
         De minces babouches 5
         A la Cendrillon ; 5
         Un bout de mitaine, 5
50 Des bas, un collier, 5
         Don du chevalier 5
         De la Prétantaine ; 5
         Le cœur éploré, 5
         Deux amants de Sèvres 5
55 Unissent leurs lèvres 5
         De biscuit doré ; 5
         L’empereur de Chine, 5
         Heureux et vermeil, 5
         S’esclaffe, un soleil 5
60 Au bas de l’échine, 5
         Et tout à l’entour, 5
         Fine comme l’ambre, 5
         Rôde par la chambre 5
         Une odeur d’amour. 5
II
65 Les heures légères 5
         Passent en dansant ; 5
         Tel un chœur décent 5
         D’accortes bergères. 5
         Un flot de galants 5
70 Accourt à l’offrande, 5
         Et chacun demande 5
         La belle aux seins blancs. 5
         Écoliers imberbes 5
         Comme des nonnains, 5
75 Géants, petits nains, 5
         Cavaliers superbes, 5
         Vieux beaux, obstinés 5
         Diseurs de sornettes, 5
         Avec des lunettes 5
80 Et la goutte au nez, 5
         Gros financiers, dignes 5
         D’être un jour pendus, 5
         Moinillons dodus 5
         Toujours dans les vignes, 5
85 Suppôts de la loi 5
         En robes à traîne, 5
         Pages de la Reine, 5
         Écuyers du Roi, 5
         Maîtres de musique 5
90 Experts en douceurs, 5
         Graves professeurs 5
         De métaphysique, 5
         Tout ce monde rit, 5
         Tourne, s’émoustille, 5
95 Babille, frétille, 5
         Court après l’esprit. 5
         Et voici vingt reîtres, 5
         Armés jusqu’aux dents, 5
         Qui font les fendants 5
100 Et parlent en maîtres. 5
         Tous, jeunes ou vieux, 5
         Ont même assurance ; 5
         La même espérance 5
         Flambe dans leurs yeux. 5
105 « Ô nymphe guerrière, 5
         Toujours combattant, 5
         Secoue, en chantant, 5
         L’or de ta crinière. 5
         « Jette-moi gaiment 5
110 Les fleurs de ta couche. 5
         Je veux, sur ta bouche, 5
         Mourir en t’aimant. 5
         « Fais de ton esclave 5
         Ce que tu voudras, 5
115 Je veux, en tes bras, 5
         Mourir comme un brave. » 5
         Et plus d’un juron 5
         De France ou d’Espagne 5
         Tout bas accompagne 5
120 L’amoureux ronron. 5
         Mais la porte est close. 5
         Chut ! chut ! pas de bruit ! 5
         Il fait encor nuit 5
         Dans le grand lit rose. 5
III
125 Au soir cependant, 5
         N’est-ce pas merveille ? 5
         Javotte s’éveille, 5
         S’éveille en boudant. 5
         « Oh ! quelle existence ! 5
130 Mieux vaudrait, je crois, 5
         Seulette en un bois, 5
         Faire pénitence. 5
         « Bonsoir aux amours ! 5
         Je suis fatiguée 5
135 D’être toujours gaie, 5
         De rire toujours. 5
         « Que de sérénades 5
         Et de beaux serments ! 5
         Que de compliments 5
140 Fades, fades, fades ! 5
         « Un printemps caché 5
         Fleurit mon visage, 5
         Et sous mon corsage 5
         Amour est niché. 5
145 « Je suis plus jolie 5
         Que le mois d’Avril ; 5
         Chacun, paraît-il, 5
         M’aime à la folie. 5
         « Fi ! qu’on est moqueur 5
150 Au pays du Tendre ! 5
         Comment laisser prendre 5
         Un peu de son cœur ? 5
         « Viens donc çà, Nanon, 5
         Petite servante ; 5
155 De ta main savante 5
         Lisse mon chignon. 5
         « Ma joue est blêmie ; 5
         C’est quelque vapeur. 5
         Suis-je à faire peur ? 5
160 Qu’en dis-tu, ma mie ? 5
         « Et quoi de nouveau ? 5
         Que dit-on en ville ? 5
         ‒ Monsieur de Saint-Gille 5
         Pleure comme un veau. 5
165 « C’est à fendre l’âme ; 5
         Il se meurt… ‒ Bon, bon ! 5
         Foin de ce barbon ! 5
         Quoi de plus ? ‒ Madame, 5
         « Trois grands avocats 5
170 Débarquent du coche, 5
         L’œil en fleur, la poche 5
         Pleine de ducats. 5
         ‒ Fi ! je n’aime guère 5
         Ces robins crottés. 5
175 ‒ Alors, écoutez 5
         Un homme de guerre. 5
         « J’en connais plus d’un 5
         Qui perdit la tête 5
         En vous… ‒ Grande bête, 5
180 Rien n’est si commun ! 5
         ‒ Le sieur d’Amourette, 5
         Votre beau cousin, 5
         A fait un dizain 5
         Sur votre levrette. 5
185 ‒ Des vers ? ah ! Dieu non ; 5
         La belle fadaise ! 5
         Sais-tu rien qui plaise ? 5
         Cherche encor, Nanon. » 5
IV
         Soudain, à la porte 5
190 On frappe en vainqueur. 5
         « Eh ! c’est toi, mon cœur, 5
         Le diable m’emporte ! 5
         « Entre donc, l’abbé, 5
         Tu te fais attendre ; 5
195 Hâte-toi de prendre 5
         Ta place au jubé ! » 5
         En perruque blonde 5
         Et petit collet, 5
         Entre un prestolet, 5
200 Le plus gai du monde. 5
         Jusqu’au bout des doigts 5
         Mobile et fantasque, 5
         C’est le petit masque 5
         Le mieux fait qui soit. 5
205 Pas une dévote 5
         N’a si fin caquet, 5
         C’est le perroquet 5
         De dame Javotte. 5
         « Friande, bonjour, 5
210 Bonjour, ma déesse. » 5
         La belle, en liesse, 5
         Rit comme un amour. 5
         Sous sa chemisette 5
         Bouffante à dessein, 5
215 Pointe un bout de sein. 5
         L’aimable amusette ! 5
         Et lui, folichon, 5
         Dit cent bagatelles, 5
         Fripe les dentelles, 5
220 Flaire le manchon. 5
         Ô grâces câlines 5
         Et tableau charmant ! 5
         Tous deux gentiment 5
         Croquent des pralines. 5
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie