VIC_2/VIC47
Gabriel Vicaire
A LA BONNE FRANQUETTE
1892
Passionnette
A Francisque Allombert
I
         Mon Isabelle 4
         N’a, Dieu merci, 4
         D’autre souci 4
         Que d’être belle. 4
5 Qu’il fait bon voir 4
         Son teint de rose ! 4
         C’est, je suppose, 4
         Tout son avoir. 4
         Que d’assurance 4
10 En ces beaux yeux, 4
         Les plus joyeux 4
         Qui soient en France ! 4
         C’est rire un brin 4
         Qu’elle demande. 4
15 Elle est gourmande 4
         Comme un serin. 4
         D’ailleurs, bébête, 4
         J’en ai grand’peur ; 4
         Rien dans le cœur 4
20 Ni dans la tête. 4
         Du sérieux 4
         Comme une autruche ; 4
         Jamais perruche 4
         N’a parlé mieux. 4
25 Oui. Mais on rêve 4
         De l’embrasser. 4
         Faut-il danser ? 4
         Elle a la fève. 4
         Puis elle rit ; 4
30 Cela me touche. 4
         Vraiment sa bouche 4
         A tant d’esprit ! 4
II
         Quand reverdira 5
         La saison des roses, 5
35 Que de tendres choses 5
         Mon cœur te dira, 5
         Que de tendres choses. 5
         Au milieu des roses ! 5
         Donne tes yeux bleus 5
40 Pour que je les baise, 5
         Ta bouche de fraise, 5
         Ton corps onduleux ; 5
         Donne que je baise 5
         Ta bouche de fraise. 5
45 Comme sur un pré 5
         L’alouette folle, 5
         Ta gaîté s’envole 5
         Dans le soir doré, 5
         Et, comme toi folle, 5
50 Mon âme s’envole. 5
         Ma mie aux doux yeux, 5
         Ne sois plus méchante ; 5
         Entends ce que chante 5
         L’arbre merveilleux : 5
55 Entends donc, méchante, 5
         L’oiselet qui chante. 5
III
         Si Clodion t’avait connue, 8
         Rose et fraîche comme une infante, 8
         Oh ! quelle chose ébouriffante 8
60 Il eût faite avec ta chair nue ! 8
         Si Greuze t’avait rencontrée 8
         Folâtrant sur les bords de l’Oise, 8
         Quelle piquante villageoise 8
         Le bon peintre nous eût montrée ! 8
65 Si Fragonard t’avait surprise 8
         En quelque forêt d’Arcadie, 8
         Qu’il eût fait d’une main hardie 8
         Voler tes jupes dans la brise ! 8
         Si Parny t’avait bien aimée, 8
70 Follement comme il faut qu’on t’aime, 8
         Quel interminable poème 8
         Dirait ta nuque parfumée ! 8
         Mais assez de batifolage. 8
         Tu n’as pas eu cette fortune, 8
75 Et je suis seul, au clair de lune, 8
         A célébrer ton cœur volage. 8
IV
         Et nous avons eu vraiment 7
         Tout là-bas, dans la province, 7
         Et nous avons eu vraiment 7
80 Beaucoup, beaucoup d’agrément. 7
         Oui, ma foi, je fus heureux, 7
         Comment dire ? Comme un prince ; 7
         Oui, ma foi, je fus heureux 7
         Puisque j’étais amoureux. 7
85 Nous allions cueillir des fleurs 7
         Au marais, dans la prairie ; 7
         Nous allions cueillir des fleurs 7
         Moins fraîches que ses couleurs. 7
         Nous dormions au fond des bois 7
90 Non sans quelque effronterie ; 7
         Nous dormions au fond des bois, 7
         Pas toujours, mais quelquefois. 7
         Et, le soir, comme on dînait 7
         Dans notre petite auberge ! 7
95 Et, le soir, comme on dînait ! 7
         C’est l’amour qui cuisinait. 7
         La rivière clapotait, 7
         Gaîment, entre chaque berge. 7
         La rivière clapotait ; 7
100 Notre cœur, à nous, chantait. 7
         Des taquineurs de goujons 7
         On voyait la troupe insigne ; 7
         Des taquineurs de goujons 7
         S’espaçaient parmi les joncs. 7
105 Je les reverrai souvent, 7
         Nos bons pêcheurs à la ligne ; 7
         Je les reverrai souvent, 7
         Héroïques, dans le vent. 7
V
         Petite folle 4
110 On te connaît ; 4
         Ton fin cœur n’est 4
         Que faribole. 4
         Il farandole 4
         Un tantinet, 4
115 Et ton bonnet 4
         Au loin s’envole. 4
         Bah ! danse encor 4
         A ton fil d’or, 4
         Marionnette. 4
120 Moi, je rirai 4
         Tant que j’aurai 4
         Ma blondinette. 4
VI
         J’aime ses yeux et j’adore sa bouche. 10
         Sa bouche rose est une fleur de lin ; 10
125 Ses yeux sont verts comme l’eau du moulin, 10
         D’un vert si tendre, oh ! pas du tout farouche. 10
         Elle sourit après qu’elle a dansé ; 10
         Ses cheveux d’or lui font une auréole. 10
         Un peu perverse, adorablement folle, 10
130 Elle me rend tout le siècle passé. 10
         Une malice est au coin de ses lèvres, 10
         Une fossette à son joli menton, 10
         Et je crois voir, gardant son blanc mouton, 10
         Quelque bergère en pâte de vieux Sèvres. 10
135 Mais la bergère a plus d’un amoureux ; 10
         Son cœur est traître, à la petite masque. 10
         Elle est cruelle, elle est surtout fantasque. 10
         Ah ! le mouton n’est pas toujours heureux ! 10
VII
         C’est madame Pot-au-feu. 7
140 Avec ses airs de Pontoise, 7
         Sous son petit jersey bleu, 7
         L’œil à tout, sournoise un peu, 7
         Elle est bourgeoise, bourgeoise ! 7
         C’est madame Jupe-au-vent, 7
145 Sans peur, merci ni reproche. 7
         Gaillarde après comme avant, 7
         Experte à tout jeu savant, 7
         Elle est gavroche, gavroche. 7
         C’est madame Lucifer, 7
150 Aux yeux luisants comme braise ; 7
         Le cœur et la jambe en l’air. 7
         Et des mots ! Brrıbrrı… L’Enfer ! 7
         Elle est mauvaise, mauvaise. 7
         C’est madame nos amours, 7
155 Adorable tout de même, 7
         La belle aux yeux de velours 7
         A qui je reviens toujours ; 7
         C’est ma mignonne et je l’aime ! 7
VIII
         Ô m’amour, ô friandise. 7
160 Que veux-tu que je te dise ? 7
         Tu ne m’aimes plus, c’est bien. 7
         Je crois que tu n’y peux rien ; 7
         Tu n’es vraiment pas méchante. 7
         Ah, Dieu non ! Pourvu qu’on chante 7
165 C’est bien tout ce qu’il te faut, 7
         Et ton cœur est sans défaut. 7
         Ton cœur ! Sais-tu s’il existe. 7
         Il n’a jamais été triste. 7
         C’est un joli cœur naissant 7
170 Qu’on endort en le berçant 7
         Avec un chant de nourrice. 7
         Il n’a pas de cicatrice. 7
         C’est une flûte en roseau, 7
         C’est une plume d’oiseau. 7
175 Ta vie est toujours en fête ; 7
         Tu n’as pas idée en tête 7
         Qui se tienne un peu debout. 7
         Tu souris et puis c’est tout. 7
         Pourquoi pas ? Vive la rose ! 7
180 Faut-il qu’un pédant morose 7
         Se mêle d’effaroucher 7
         La tendre fleur du pêcher ? 7
         Lorsque tout se renouvelle 7
         Et qu’on a dans la cervelle 7
185 Le soleil de la saison, 7
         Que sert de parler raison 7
         Aux folâtres églantines ? 7
         Garde tes façons mutines, 7
         Ton sourire ensorceleur, 7
190 Tes yeux doux, ta bouche en fleur. 7
         Réjouis-toi d’être blonde ; 7
         Regarde courir le monde, 7
         Les pauvres moutons sauter 7
         Et les gens se culbuter. 7
195 Contemple, toute ravie, 7
         La bataille de la vie. 7
         Accueille avec un bouquet 7
         Le vainqueur s’il est coquet ; 7
         Vide devant sa bannière 7
200 Ta corbeille printanière, 7
         Et tant pis pour les blessés 7
         Qui râlent dans les fossés ! 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie