VIV_9/VIV303
Renée Vivien
Le Vent des vaisseaux
1910
LE PALAIS DU POÈTE
         Les murs de ce palais sont d’ébène et d’ivoire 6+6
         Et les plafonds gemmés d’astres comme les cieux. 6+6
         Les esclaves y vont à pas silencieux 6+6
         Avec leurs pas très-doux et leur face très-noire. 6+6
5 Et les cyprès aigus s’y dorent au couchant… 6+6
         On n’entend jamais plus la fuite d’or du sable 6+6
         Dans le lent sablier… car l’instant adorable 6+6
         Y demeure, attiré par le pouvoir du chant… 6+6
         Et, le repos semblable à l’écho, se prolonge 6+6
10 Infiniment suave et tendre et musical, 6+6
         Comme un chant murmuré selon un rythme égal… 6+6
         Ici l’on goûte en paix l’éternité du songe 6+6
         Comme un serpent couché, le lent chagrin s’endort… 6+6
         Le cœur tranquille enfin, et l’âme enfin ravie. 6+6
15 Le Poète s’attarde en oubliant la vie 6+6
         Et croit goûter déjà la douceur de la Mort. 6+6
         En attendant la paix de cet instant unique 6+6
         Les parfums sont très-doux que brûlent les flambeaux… 6+6
         Et, dans les vases d’or que les grands lys sont beaux ! 6+6
20 Car le Poète écoute, en pleurant, Sa Musique !… 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie