Victor Hugo
(1802-1885)
HUG.jpg
LES CONTEMPLATIONS
tome I
AUTREFOIS
1830-1843

▪ "Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants,"
LIVRE PREMIER - AURORE
▪ I. À ma fille
▪ II. "Le poëte s'en va dans les champs ; il admire,"
▪ III. Mes deux filles
▪ IV. "Le firmament est plein de la vaste clarté ;"
▪ V. À André Chénier
▪ VI. La Vie aux champs
▪ VII. Réponse à un acte d'accusation
▪ VIII. Suite
▪ IX. "Le poëme éploré se lamente ; le drame"
▪ X. À Madame D. G. de G.
▪ XI. Lise
▪ XII. Vere novo
▪ XIII. À propos d'Horace
▪ XIV. À Granville, en 1836
▪ XV. La Coccinelle
▪ XVI. Vers 1820
▪ XVII. À M. Froment Meurice
▪ XVIII. Les Oiseaux
▪ XIX. Vieille chanson du jeune temps
▪ XX. À un poëte aveugle
▪ XXI. "Elle était déchaussée, elle était décoiffée,"
▪ XXII. La Fête chez Thérèse
▪ XXIII. L'Enfance
▪ XXIV. "Heureux l'homme, occupé de l'éternel destin,"
▪ XXV. Unité
▪ XXVI. Quelques mots à un autre
▪ XXVII. "Oui, je suis le rêveur ; je suis le camarade"
▪ XXVIII. "Il faut que le poëte, épris d'ombre et d'azur,"
▪ XXIX. Halte en marchant
LIVRE DEUXIÈME - L'ÂME EN FLEUR
▪ I. Premier Mai
▪ II. "Mes vers fuiraient, doux et frêles,"
▪ III. Le Rouet d'Omphale
▪ IV. Chanson
▪ V. Hier au soir
▪ VI. Lettre
▪ VII. "Nous allions au verger cueillir des bigarreaux."
▪ VIII. "Tu peux, comme il te plaît, me faire jeune ou vieux."
▪ IX. En écoutant les oiseaux
▪ X. "Mon bras pressait ta taille frêle"
▪ XI. "Les femmes sont sur la terre"
▪ XII. Églogue
▪ XIII. "Viens ! — une flûte invisible"
▪ XIV. Billet du matin
▪ XV. Paroles dans l'ombre
▪ XVI. "L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,"
▪ XVII. Sous les arbres
▪ XVIII. "Je sais bien qu'il est d'usage"
▪ XIX. N'envions rien
▪ XX. Il fait froid
▪ XXI. "Il lui disait : « Vois-tu, si tous deux nous pouvions,"
▪ XXII. "— Aimons toujours ! aimons encore !"
▪ XXIII. Après l'hiver
▪ XXIV. "Que le sort, quel qu'il soit, vous trouve toujours grande !"
▪ XXV. "Je respire où tu palpites,"
▪ XXVI. Crépuscule
▪ XXVII. La Nichée sous le portail
▪ XXVIII. Un soir que je regardais le ciel
LIVRE TROISIÈME - LES LUTTES ET LES RÊVES
▪ I. Écrit sur un exemplaire de la Divina Commedia
▪ II. Melancholia
▪ III. Saturne
▪ IV. Écrit au bas d'un crucifix
▪ V. Quia pulvis es
▪ VI. La Source
▪ VII. La Statue
▪ VIII. "Je lisais. Que lisais-je ? Oh ! le vieux livre austère,"
▪ IX. "Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans."
▪ X. Amour
▪ XI. ?
▪ XII. Explication
▪ XIII. La Chouette
▪ XIV. À la mère de l'enfant mort
▪ XV. Épitaphe
▪ XVI. Le Maître d'études
▪ XVII. Chose vue un jour de printemps
▪ XVIII. Intérieur
▪ XIX. Baraques de la foire
▪ XX. Insomnie
▪ XXI. — À Mademoiselle Louise B. —
▪ XXII. "La clarté du dehors ne distrait pas mon âme."
▪ XXIII. Le Revenant
▪ XXIV. Aux arbres
▪ XXV. "L'enfant, voyant l'aïeule à filer occupée,"
▪ XXVI. Joies du soir
▪ XXVII. "J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,"
▪ XXVIII. Le Poëte
▪ XXIX. La Nature
▪ XXX. Magnitudo parvi
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie