Victor Hugo
(1802-1885)
HUG.jpg
LES ANNÉES FUNESTES
1898

▪ I. "J'ai dit à l'Océan : — Salut ! veux-tu, que j'entre,"
▪ II. "J'applique mon oreille à travers mon cachot"
▪ III. "Un peuple était debout, et ce peuple était grand."
▪ IV. CÆSAR
▪ V. ÉCRIT SUR UN EXEMPLAIRE DE LA VIE D'APOLLONIUS DE TYANE
▪ VI. ÉCRIT SUR UN EXEMPLAIRE DES CHÂTIMENTS
▪ VII. LES CHÂTIMENTS
▪ VIII. "Eh bien, allons ! mentant, pillant, volant, broyant,"
▪ IX. "Triomphe. Pas de brume en ce splendide azur."
▪ X. "— Tenez, mon président, je vous le dis d'aplomb,"
▪ XI. BORD DE LA MER
▪ XII. LE TIREPOINT
▪ XIII. ENTENDU DANS LE CIEL - LE 2 MARS 1855
▪ XIV. "J'étais dans une église, et j'entendis un homme"
▪ XV. "Ils nous raillent, disant :"
▪ XVI. "Les prêtres des faux dieux jouant leurs comédies,"
▪ XVII. "Vous n'avez pas pris garde au peuple que nous sommes."
▪ XVIII. "Quand, des trous a ses mains, des trous à ses pieds froids,"
▪ XIX. SA CONSCIENCE
▪ XX. "Des remords ? lui ! Pourquoi ? Qu'a-t-il fait ? Mais, Cayenne ?"
▪ XXI. LE MAL DU PAYS
▪ XXII. "Je suis de ceux qui, sûrs du progrès, l'âme ouverte,"
▪ XXIII. "Tout est bien. Honte et gloire. On encaisse des sommes."
▪ XXIV. "Vous êtes riche, heureux, souriant, point austère,"
▪ XXV. UN PRÉSIDENT
▪ XXVI. À UN ENNEMI INCONSCIENT
▪ XXVII. "Est-ce mon siècle, ou bien le vent ? J'ai le frisson."
▪ XXVIII. "Venez nous voir dans l'asile"
▪ XXIX. EN CONSEIL
▪ XXX. EN CONSEIL
▪ XXXI. L'EMPEREUR À COMPIÈGNE
▪ XXXII. AMNISTIE
▪ XXXIII. EN PLEIN DIX-NEUVIÈME SIÈCLE. - ROSALIE DOISE
▪ XXXIV. APPROBATION DES PRÊTRES
▪ XXXV. "— Qu'êtes-vous ? — Tu le vois à notre robe. — Quoi ?"
▪ XXXVI. "Pour le prêtre il est saint, pour le juge il est juste ;"
▪ XXXVII. "Pour l'écrivain vénal il est un dur moment."
▪ XXXVIII. "Qu'il vienne des coquins sur la honte qu'on sème ;"
▪ XXXIX. "Vous le trouvez bon. Soit. Moi je suis triste. Hélas !"
▪ XL. "Je serais très content si j'étais Bonaparte"
▪ XLI. APRÈS SEIZE ANS
▪ XLII. BAUDIN
▪ XLIII. "Cet être est si petit qu'il est presque invisible."
▪ XLIV. "Toi qui derrière moi vantes la guillotine,"
▪ XLV. LESURQUES
▪ XLVI. DEUX ARRÊTS ONT ÉTÉ RENDUS CE MOIS-CI…
▪ XLVII. EN 1869
▪ XLVIII. "On est ce personnage étrange, fait d'acier,"
▪ XLIX. AU DESSERT
▪ L. AUBIN - LE PASSANT — LA PASSANTE
▪ LI. "Quant à Paris, ton poing l'étreint. Grâce aux bâtisses,"
▪ LII. MISÈRE
▪ LIII. "C'est bien, buvez, mangez, rampez, courbez la tête."
▪ LIV. DÉPART ET RETOUR DES RÉGIMENTS
▪ LV. "Et voilà dix-sept ans bientôt qu'ils sont à table !"
▪ LVI. ÉPIZOOTIE DANS LES HOMMES DE DÉCEMBRE
▪ LVII. "Le sénateur peut être un valet ; le flamine"
▪ LVIII. 2 JANVIER 1870
▪ LIX. À ***
▪ LX. "On me dit : Courez donc sur Pierre Bonaparte."
▪ LXI. "Honnête homme, c'est bien, tu souffres, sois content."
▪ LXII. "L'empire atroce avorte en empire plaintif."
▪ LXIII. COUPS DE CLAIRON
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie