Victor Hugo
(1802-1885)
HUG.jpg
OCÉAN VERS
1902

LE MANUSCRIT 24 787 1826-1851
▪ "Ah ! nos pères ont vu l'orgueil républicain"
▪ "Or il mourut, eut sépulture à Chartre."
▪ "Les creusements de mines éventrent la plaine."
▪ "Ô ! je voudrais bien, madame,"
▪ "Vois Mars, Jupiter et Saturne,"
▪ "Acteurs du théâtre Seveste"
▪ "Ô foyer paternel ! ô foyer domestique !"
▪ "Un ange alors, s'abattant sur la terre,"
▪ "D'avance, et c'est peu de chose,"
▪ "Air qui portes la voix des abîmes béans"
▪ "Le destin, qui nous prend par nos passions mêmes,"
▪ "Rêver ! chercher ! sonder les mystères de l'être,"
▪ "Seigneur, jadis un homme, ayant la, foi pour base,"
▪ "À peine si parmi les jasmins et lés roses,"
▪ "Ta vie est sombre, hélas ! ta joie est éphémère,"
▪ "Car, tristes âmes abaissées,"
▪ "Dans un des carrefours du monde,"
▪ "Car je ne vois là-haut ni tombeaux, ni décombres,"
▪ "Penchant sur l'avenir sa vaste rêverie,"
▪ "Je tremble, ô vaste poëte,"
▪ "Ils sentent dans leur coeur qu'émeut la nuit obscure"
▪ "Nous serons des esprits le pôle et le milieu ;"
▪ "Adieu, Paris, cité princesse,"
▪ "Pauvres mères toujours, sans redouter les lames,"
▪ "Le bois profond, l'eau sombre où l'esquif s'aventure,"
▪ "L'océan monstrueux fit d'immenses murmures ;"
▪ "Quand le voyageur, seul dans l'immense campagne,"
▪ "Elle plaît au regard, elle est charmante à voir"
▪ "Par instants la vapeur sombre"
▪ "Toi qui seule toujours, planes au fond du ciel,"
▪ "Ô temps ! si l'on pouvait dans ton urne profonde"
▪ "Depuis Adam, sur la terre,"
▪ "Frappez avec le front plutôt qu'avec le pied."
▪ "Que peut devenir la pensée"
▪ "Oh ! n'enviez pas, mes frères,"
▪ "Les villages dans l'eau miraient leurs toits candides."
▪ "Comme de la parole il use mal souvent,"
▪ "Ce qu'il allait chercher, vous les savez, étoiles,"
▪ "Oui, mon respect pour vos grandeurs est nul,"
▪ "Ne vous lassez pas ! que Dieu sème"
▪ "Partout l'ombre, partout le désert froid et mort ;"
▪ "Vos vers sont un lac pur. Tout s'y mire. Leur onde"
▪ "C'est là que tout enfant, comme un aigle qui rêve,"
▪ "Pauvre oiseau nu ! Sa voix douce"
▪ "En vain mille rivaux voudraient d'un trait de flamme"
▪ "Comparant ma pensée avec les bois épais,"
▪ "Je ne puis vous cacher ces lugubres batailles"
▪ "Après tant de choses passées,"
▪ "Les lâches en livrant leurs frères et leurs pères,"
▪ "Bruit, foule et multitude,"
▪ "Dieu ! nous sommes perdus si tu ne nous délivres !"
▪ "Ce gibet où l'agneau rend un céleste oracle,"
▪ "Je ne connais de vous, madame,"
▪ "Ils vont à l'opéra comme ils vont à la messe,"
▪ "Ce ne sont point là des désastres"
▪ "Ces hommes insensés, infirmes et superbes,"
▪ "La justice, l'amour, la force, la beauté,"
LE MANUSCRIT 24 788 1852-1870
▪ "Ils fuiront, ils fuiront hors du palais superbe,"
▪ "Ta force est misérable et tes splendeurs sont viles."
▪ "Les hommes ont toujours torturé la colombe."
▪ "Toujours, dans le passé, comme aujourd'hui, le glaive."
▪ "Dans cette obscurité qui flotte et qui se creuse,"
▪ AUX FILS DES CROISÉS
▪ "Loin des rayonnements, des triomphes, des fêtes,"
▪ "L'homme est la sombre mouche errante qui s'enfuit,"
▪ "C'est l'heure où le fantôme effacé quitte Électre,"
▪ "Sous le crâne, crypte sans flamme,"
▪ "Et des reines alors, dans l'ombre où leur front penche,"
▪ "La pluie épanche ses rosées ;"
▪ "Que de fois, poursuivi d'un tourbillon de rêves,"
▪ "Tout marche : c'est la loi de l'homme."
▪ "Jeanne disait : toujours je te serai fidèle,"
▪ "Et le soir ils courent aux antres"
▪ "Ta pensée apparaît sinistre à tous les yeux ;"
▪ "Car les prophètes noirs songent au seuil des antres ;"
▪ "Pour Dieu pensif qui voit les cœurs dans les poitrines,"
▪ "Ô rive où nul ne passe et que ronge l'écume,"
▪ "Un vent sinistre, fauve, âpre, rauque, en fureur,"
▪ "L'homme est comme un bourreau debout dans la nature."
▪ "Qu'êtes-vous, fantômes ? Je nie,"
▪ "C'est le même infini qui, mer bleue, ombre épaisse,"
▪ "L'été quand les eaux coassent"
▪ "Et quant à faire la guerre"
▪ "Je suis rein' d'Angleterre"
▪ "C'est la première fois que la Peur, ignorée"
▪ "Quand j'étais à Jersey, dans l'île fatidique,"
▪ "Sur ces fosses éternelles,"
▪ "Le pâle genre humain s'enfonçant dans la nuit"
▪ "L'horizon blanc semble un rêve,"
▪ "Pourquoi veux-tu passer près de la maison sombre ?"
▪ "… Et pendant que les sphinx accroupis devant Thèbe,"
▪ "À qui donc parle la tempête ?"
▪ "Il vient, le Dieu des épouvantes,"
▪ "Nous voyons les vagues vertèbres"
▪ "Qui donc sait comment pousse l'herbe ?"
▪ "Les vagues par moments dispersent ma pensée"
▪ "Quelle étrange clarté dans la fatale pomme"
▪ "Le 9neuf sème, le 6six récolte."
▪ "L'homme esclave ! de qui ? De l'homme. O cieux profonds !"
▪ "Un bruit profond roulait dans les souffles de l'air ;"
▪ "Je t'aime mieux femme que chatte."
LE MANUSCRIT 24 789 1870-1884
▪ "La fraternité pacifique"
▪ "Ce que je vais conter, est-ce un rêve? une fable ?"
▪ "Tu dis courage au lâche et tu fais signe au traître."
▪ "Quand cet homme se vit plus grand que tous les autres,"
▪ "Que ton nom soit le fier complice"
▪ "Ce Dieu, malgré le roi, le sénat, le conclave,"
▪ "Ah ! malheur, sur la barque effarée et flottante,"
▪ "Que se passe-t-il ? on l'ignore,"
▪ "Si, parmi ce qui s'ébauche"
▪ "Le seigneur à la grosse tête"
▪ "Sous l'armure et sous les lierres,"
▪ "Ces quatre chevaux qu'il attelle,"
▪ "Pendant que je vais dans l'abîme,"
▪ "Soudain la porte s'ouvre et les danses, les pas,"
▪ "Si les déserts, si les sables,"
▪ Chanson
▪ Autre Chanson
▪ "Je vous quitte, ô villes malsaines !"
▪ "Si tu veux que je te dise"
▪ "Enfant, le peuple te regarde,"
▪ "L'homme juste est solide. Il va sans reculer."
▪ "Est-ce que ce n'est pas un désolant spectacle"
▪ "Il dormait, pâle et nu, cet homme, de discorde,"
▪ "Souvent, quand dans les flots l'orage ailé se plonge,"
▪ "Cet homme, dans son burg infâme,"
▪ "Et, soufflant la brume illusoire,"
▪ "Or, c'est moi qui vous renseigne,"
▪ "Ô fuite insaisissable et sombre de la vie !"
▪ "Alors il se logea chez le vieux prêtre sombre"
▪ LES JOYEUX FILS DE NATURE ET D'AMOUR
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie