Victor Hugo
(1802-1885)
HUG.jpg
OCÉAN VERS (complément)
1902

LE MANUSCRIT 24 787
▪ F° 6. "chapel appel"
▪ F° 7. "l'instrument de colère"
▪ F° 10. "De nos jours l'or jaillit de la verge d'Aaron,"
▪ F° 13. "Il est nuit."
▪ F° 15. "J'ai vu le Grand Mogol rire et jouer aux dés"
▪ F° 20. "Ô Paris, à minuit, lorsque de chaque rue."
▪ F° 23. "Écoutez-moi ‒ j'ai vu deux anges du Seigneur"
▪ F° 26. "sais-tu, comte du Puy,"
▪ F° 27. "La forêt, l'océan, la verdure et l'azur,"
▪ F° 29. "Voici la loi, disait Jésus-Christ aux apôtres."
▪ F° 31. "... comme une fleur tardive"
▪ F° 37. "Il chasse le remords qui s'en va, noir fantôme,"
▪ F° 39. "Il était devant moi, muet, les yeux en flamme,"
▪ F° 45. "Et nos jours de bonheur et de prospérités,"
▪ F° 66. "Jadis, l'esprit rêveur, les paupières baissées,"
▪ F° 67. "C'est l'heure où dans les champs s'appellent les corbeaux,"
▪ F° 74. "Qu'on voit un four, figure effrayante et sévère,"
▪ F° 81. "Et parmi les rameaux penchants, les feuilles vertes,"
▪ F° 84. "... il espérait en Dieu,"
▪ F° 87. "Les étoiles. du ciel, braises mystérieuses,"
▪ F° 89. "Ouvrier formidable, et qu'on voyait, grande ombre,"
▪ F° 92. "Il gèle. Le chemin uni comme un manège,"
▪ F° 95. "Et nous sentons le mal se dissoudre en nos âmes"
▪ F° 101. "Les alcyons sont deux sur les flots verts et souples,"
▪ F° 115. "Louis, je te connais. Quoi que dise l'envie"
▪ F° 121. "La comète, astre paon, dans la nuit pâle et bleue,"
▪ F° 126. "Elle s'en va, chantant à gorge déployée."
▪ F° 127. "Ils tenaient"
▪ F° 133. "Les Chinois ont des chats comme les autres hommes."
▪ F° 134. "Oh ! que vous regardiez le couchant ou l'aurore,"
▪ F° 136. "Mon fils, on a souvent entrevu dans ces bois"
▪ F° 137. "Partout l'Ombre, partout le désert froid et mort ;"
▪ F° 141. "....."
▪ F° 144. "Force dômes bossus comme des calebasses,"
▪ F° 147. "Qu'il passe par l'esprit d'un peintre chimérique"
▪ F° 153. "....."
▪ F° 156. "Donc, regarde la vie avec sérénité."
▪ F° 159. "Quinze ans le monde s'étonna"
▪ F° 160. "... Ô dur renversement des choses naturelles !"
▪ F° 168-169. "L'une est la. fantaisie et l'autre est la pensée."
▪ F° 171. "Les lâches en livrant leurs frères et leurs pères,"
▪ F° 173. "Mon père m'apparaît "
▪ F° 187. "Oh ! dans les temps anciens, mère des Nations,"
▪ F° 188. "Ce vieux chêne, est si grand"
▪ F° 191. "Ô beaux jours, trop vite partis !"
▪ F° 194. "Je ne connais de vous, madame,"
▪ F° 197. "Paix au pauvre pasteur, kabyle ou bas. breton,"
▪ F° 205. "Vous ne savez donc pas qui je suis, imbéciles !"
▪ F° 208. ".... Et si quelqu'un leur donne asile,"
▪ F° 209. "Ô moissons de la mort ! Vous marchez dans les plaines,"
▪ F° 210. "... Le grand lion rêveur qu'on dirait endormi,"
▪ F° 212. "Ces hommes insensés, infirmes et superbes,"
▪ F° 213. "... Mon père sous le tien fût mis en jugement,"
▪ F° 217. "Toujours, à chaque siècle, et qu'il s'appelle Rome"
▪ F° 223. "Vous vous enfuirez dans vos bouges"
▪ F° 224. "Viens, plein d'enthousiasme et d'admiration,"
▪ F° 226. "La ville, de murmures pleine,"
▪ F° 228. "Nos vacarmes et nos tapages"
ADDENDUM
▪ F° 114. "Les femmes de la cour en raffolaient. Vraiment"
▪ F° 128-129. "Sachez que dans ce siècle un seul homme est à craindre,"
LE MANUSCRIT 24.788
▪ F° 3. "Les prêtres du soleil, les vierges de l'aurore,"
▪ F° 11. "Dans cette rêverie où j'oubliais de vivre,"
▪ F° 15. "ruelles écrouelles truelles"
▪ F° 45. "... Au tournebride,"
▪ F° 471856.. "les penseurs, les songeurs ‒"
▪ F° 48. "La pluie épanche ses rosées ;"
▪ F° 54. "Envie, affronts sans fin ni trêves,"
▪ F° 58. "L'Etna flamboie et dans sa robe"
▪ F° 60. "comète traînant sa queue"
▪ F° 63. "C'est le signe d'un front qui passe l'ordinaire"
▪ F° 64. "Des bruits, des cris, des huées,"
▪ F° 73. "des deux ombres"
▪ F° 77. "Les formes, les aspects sont des spectres qui flottent"
▪ F° 81. "Un donjon en ruine, au fond de la vallée,"
▪ F° 831855.. "On croyait voir Euryanthe"
▪ F° 88. "Le chêne d'Allouville et le, chêne d'Antrage"
▪ F° 92. "Moi je suis indulgent plus que lui, le ciel bleu,"
▪ F° 104. "Pourvu qu'un sexe l'aime et que l'autre le craigne,"
▪ F° 109. "Nuit, qui viens aider sur terre"
▪ F° 112. "Moins sonore, moins pur, moins radieux ; en somme"
▪ F° 126. "La terre est noire, l'onde est grise ;"
▪ F° 129. "... C'était avant le Treize vendémiaire."
▪ F° 135. "Pour moi, c'est ma coutume et mon tempérament,"
▪ F° 139. "... Pour m'endormir, mon cher,"
▪ F° 157. "... ces gueux de juges, je suppose,"
▪ F° 159. "... ensemble ! ensemble ! ensemble !"
▪ F° 165. "ô Dieu, toi qui maîtrises"
▪ F° 170. "La pluie à flots pressés bat la vitre du bouge."
▪ F° 173. "... Dieu de fraternité, d'égalité, de joie,"
▪ F° 180. "Les tours avaient des trous où les bises aiguës"
▪ F° 184. "Aile-Courte raillait un jour Basse-sur-pattes,"
▪ F° 185. "on verra sur la terre"
▪ F° 196. "... C'est bien. Hurlez, sifflez, grondez, mordez, méchants !"
▪ F° 199. "crois-tu que le songeur"
▪ F° 202. "L'immense Orphée émeut la Grèce ;"
▪ F° 203. "... Tout ces chevaux avaient une étoile au frontail,"
▪ F° 210. "Soudain ‒ qu'est-ce que c'est ? Le temps change. Frisson."
▪ F° 216. "... La cathédrale en flèche et la place en trapèze,"
▪ F° 217. "... triste peuple, tu geins."
▪ F° 219. "... ces infâmes"
▪ F° 220. "Pour je ne sais plus trop quel motif, cette fleur"
▪ F° 227. "La statue est souvent une sombre ironie ;"
▪ F° 230-31 . "Tu sembles. étonné : je ne puis te comprendre."
▪ F° 235. "Je hais le vieux pouvoir farouche"
▪ F° 240. "... (Car) l'homme de crime et de honte"
▪ F° 243. "L'homme est le maître ; tout le nomme,"
▪ F° 249. "Sait-on ce qu'à la tempête"
▪ F° 252. "Un soir, j'errais, passant débile,"
▪ F° 258. "Tous les crimes sacrés, tous les vices célestes"
▪ F° 263. "Pour être humble, indigent,"
▪ F° 269. "Que dit-on ? on annonce un libelle posthume"
▪ F° 276. "Quand monsieur le curé dénonce dans sa chaire"
ADDENDUM
▪ F° 273. "Ils reconnaîtront l'homme étranger aux partis,"
▪ F° 195. "Une nuit je courais la poste au clair de lune"
Le Manuscrit 24 789
▪ F° 2. "Sache qu'un bon flatteur, c'est l'insulteur ; on flatte"
▪ F° 4. "l'an neuf"
▪ F° 5 et 6. "Rose au bal essayant sur nous ses yeux vainqueurs,"
▪ F° 7-8. "on lit dans ce lexique"
▪ F° 10. "recueilles"
▪ F° 11. "Ainsi la même énigme et le même mystère"
▪ F° 12. "..."
▪ F° 13. "il est"
▪ F° 17. "Sont-ce des vérités ou sont-ce des mensonges ?"
▪ F° 18. "Tant l'homme est altéré d'abîme et d'infini !"
▪ F° 19. "Qui porte ce manteau d'étoiles, le suaire,"
▪ F° 22. "La révolution montre quelque surprise"
▪ F° 24. "Sans crier gare, et sourd à ce que nous disons"
▪ F° 34. "Que ce sera demain votre dernière aurore,"
▪ F° 39. "Un regard d'ombre. entraîne une barque sur l'eau."
▪ F° 40. "Moi, je faisais des vers, mais lui c'était un sage"
▪ F° 42. "...joyeux"
▪ F° 45. "Les morts ‒ songez aux morts et laissez là vos bibles ! ‒"
▪ F° 46. "Est-on de son vivant renseigné sur la mort ?"
▪ F° 48. "Je n'aime pas qu'un roi fasse pousser des cris."
▪ F° 52.. "Nul n'était entré là, nul n'en était sorti."
▪ F° 54.. "Si vous vous conservez des-roideurs imbéciles,"
▪ F° 57. "Aimez les jeunes, vieux. Jeunes, plaignez les vieux."
▪ F° 58. "Et la terre qui veut l'air pur, la moisson mûre,"
▪ F° 59. "Pour la tombe, il fallait s'appuyer sur des tailles"
▪ F° 68. "....."
▪ F° 71-72. "Elle me dit : Veux-tu que j'ôte ma chemise ?"
▪ F° 74. "Tout ce qui, vers l'ombre et la tombe,"
▪ F° 79. "Brûlé du double feu d'un tourment implacable"
▪ F° 81. "....."
▪ F° 97. "C'est de tous les orgueils, de toutes les raisons,"
▪ F° 99-100. "Oh ! je compte sur l'ouverture"
▪ F° 109. "L'Arc de Triomphe était sinistre, et l'on eût dit"
▪ F° 110. "bâtard"
▪ F° 112. "Les prêtres ont levé les mains vers les étoiles."
▪ F° 113. "Quand..."
▪ F° 114 . "....."
▪ F° 118. "Traverser l'infini, franchir l'inabordable,"
▪ F° 124. "Il faisait jour encore, et je ne sais comment,"
▪ F° 125. "....."
▪ F° 128-129. "Après une éclipse totale"
▪ F° 136. "le coquin"
▪ F° 137. "J'ai vu Clio donner des prix. Les tueurs d'hommes"
▪ F° 140. "Quand de son vaste esprit‒ sortira ta lueur,"
▪ F° 145. "....."
▪ F° 146. "Emporté par-dessus les choses de la terre,"
▪ F° 147 . "Être prude et médire ! Eh bien, je vous en veux"
▪ F° 148. "Les peuples ; si calmes naguère,"
▪ F° 156-157. "Tityre, sous ce hêtre où tu t'assieds parfois,"
▪ F° 158. "La Révolution fait le tour de l'Europe ;"
▪ F° 161. "Car ces hommes, ce sont les grands bandits arabes."
▪ F° 162. "enivrée"
▪ F° 165. "Le passereau, la huppe et la bergeronnette"
▪ F° 171. "Et j'irai le plus loin que je pourrai dans l'ombre"
▪ F° 172. "Je m'en irai parmi les frênes et les saules,"
▪ F° 174. "....."
▪ F° 177. "Si les déserts, si les sables,"
▪ F°5 179-180. "Avant que tu me l'apprisses,"
▪ F°s 181-183 et 192. "Je n'entends plus sonner l'heure ;"
▪ F°s 184-185. "Je vous quitte, ô villes malsaines !"
▪ F°s 187-190. "Si tu veux que je te dise"
▪ F° 193. "Empereur, César, Roi, notre maître est superbe."
▪ F° 195. "Enfant, le peuple te regarde,"
▪ F° 196. "L'homme juste est solide. Il va sans reculer."
VERS FAITS EN DORMANT
▪ F° 200. "Mon oncle était fort mal. Dans cette extrémité"
▪ F° 208. "le mage vénérable"
▪ F° 214. "Les choses ici-bas revirent et chavirent ;"
▪ F° 215. "Pas de voile sur Ève et sur Adam. L'habit"
▪ F° 219. "...cette perfidie"
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie