Armand Silvestre
(1837-1901)
SIL.jpg
La Gloire du souvenir
1869-1871

▪ "Ayant écrit ces vers ainsi qu'un testament"
▪ Prologue
▪ I. "D'autres peuvent servir la beauté dont je meurs"
▪ II. "Sous la nue où j'erre en silence"
▪ III. "Tel mon cœur, astre obscur que la chaleur déserte,"
▪ IV. "Ah ! si l'Étoile de la Mort,"
▪ V. "Le seul qui monte aux cieux est le bruit lent des flots,"
▪ VI. "J'ai rencontré les cygnes blancs"
▪ VII. "Ô pâleur, ô clarté nocturne de son front,"
▪ VIII. "Si tout mon sang fuit de mon cœur,"
▪ IX. "La lèvre a bu le souffle à a lèvre des fleurs."
▪ X. "Les aveugles et les amants,"
▪ XI. "Ah ! je me trompe en vain moi-même et j'ai menti :"
▪ XII. "O poussière d'astres brisés"
▪ XIII. "Ayant fait prisonniers mon esprit et mes yeux,"
▪ XIV. "L'impérissable orgueil de mon cœur vient de celle"
▪ XV. "Je dirai ta beauté perdue à ceux qu'offense"
▪ XVI. "Sous les cieux que peuplait de ses grâces robustes"
▪ XVII. "Et pourtant l'infini qu'en leur vol diaphane"
▪ XVIII. "La fierté de mon être ici gît tout entière :"
▪ Épilogue
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie