Paul Verlaine
(1844-1896)
VER.jpg
CHANSONS POUR ELLE
1891

▪ I. "Tu n’es pas du tout vertueuse,"
▪ II. "Compagne savoureuse et bonne"
▪ III. "Voulant te fuir (fuir ses amours !"
▪ IV. "Or, malgré ta cruauté"
▪ V. "Jusques aux pervers nonchaloirs"
▪ VI. "La saison qui s’avance."
▪ VII. "Je suis plus pauvre que jamais"
▪ VIII. "Que ton âme soit blanche ou noire,"
▪ IX. "Tu m’as frappé, c’est ridicule,"
▪ X. "L’horrible nuit d’insomnie !"
▪ XI. "Vrai, nous avons trop d’esprit,"
▪ XII. "Tu bois, c’est hideux ! presque autant que moi."
▪ XIII. "Es-tu brune ou blonde ?"
▪ XIV. "Je ne t’aime pas en toilette"
▪ XV. "Chemise de femme, armure ad hoc"
▪ XVI. "L’été ne fut pas adorable"
▪ XVII. "Je ne suis plus de ces esprits philosophiques,"
▪ XVIII. "Si tu le veux bien, divine Ignorante,"
▪ XIX. "Ton rire éclaire mon vieux cœur"
▪ XX. "Tu crois au marc de café,"
▪ XXI. "Lorsque tu cherches les puces,"
▪ XXII. "J’ai rêvé de toi cette nuit :"
▪ XXIII. "Je n’ai pas de chance en femme,"
▪ XXIV. "Bien qu’elle soit ta meilleure amie,"
▪ XXV. "Je fus mystique et je ne le suis plus"
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie