Paul Verlaine
(1844-1896)
VER.jpg
ODES EN SON HONNEUR
1893

▪ I. "Tu fus une grande amoureuse"
▪ II. "Laisse dire la calomnie"
▪ III. "L’écartement des bras m’est cher, presque plus cher"
▪ IV. "La sainte, ta patronne, est surtout vénérée"
▪ V. "«Quand je cause avec toi paisiblement,"
▪ VI. "Mais après les merveilles"
▪ VII. "Fifi s’est réveillé. Dès l’aube tu m’as dit"
▪ VIII. "Cuisses grosses mais fuselées,"
▪ IX. "Tu fus souvent cruelle,"
▪ X. "Et maintenant, aux Fesses !"
▪ XI. "Riche ventre qui n’a jamais porté,"
▪ XII. "Mais Sa tête, Sa tête !"
▪ XIII. "Nos repas sont charmants encore que modestes,"
▪ XIV. "Nous sommes bien faits l’un pour l’autre ;"
▪ XV. "Quand tu me racontes les frasques"
▪ XVI. "Je ne suis pas jaloux de ton passé, chérie,"
▪ XVII. "«Tu m’ostines ! » – « Et je t’emmène"
▪ XVIII. "O toi triomphante sur deux"
▪ XIX. "Ils me disent que tu me trompes."
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie